New York : un magasin licencie un employé pour des propos antisémites
Rechercher

New York : un magasin licencie un employé pour des propos antisémites

Le magasin de produits alimentaires a admis ne pas avoir su gérer la situation ; l'employée victime des propos antisémites a démissionné

Deux Juifs orthodoxes passent à côté de véhicules de sécurité de 'Crown Heights Shmira Patrol' dans le quartier de Brooklyn de Crown Height le 27 février 2019 à New York. (Photo d'Angela Weiss / AFP)
Deux Juifs orthodoxes passent à côté de véhicules de sécurité de 'Crown Heights Shmira Patrol' dans le quartier de Brooklyn de Crown Height le 27 février 2019 à New York. (Photo d'Angela Weiss / AFP)

Un magasin de produits alimentaires dans le sud est de New York a licencié un employé quelques jours après qu’il a tenu des propos antisémites et s’est mal comporté à l’égard d’une collègue juive.

L’employé de l’entrepôt Mother Earth à Ulster dans l’État de New York a éteint la lumière dans la chambre réfrigérée et a dit à une employée qui s’appelle Sarah « tu es dans une chambre à gaz », et l’a ensuite traitée de « p**tain de juive »

Vendredi, la mère de Sarah, Jackie Winder Shabanowitz de Kerhonkson, à New York, a ensuite écrit un message sur Facebook au sujet de l’incident du 11 mars. Elle a également écrit que « Sarah est allée voir la direction, ils lui ont dit de ne pas en parler, ils l’ont retirée du poste qu’elle occupait depuis un an, et ils l’ont mise en caisse. L’employé a été forcé de s’excuser mais il a gardé son poste dans le rayon. Mercredi, l’employé l’a encore harcelée et elle s’est de nouveau plainte aux responsables ».

Deux jours après le deuxième incident, le magasin a publié un message d’excuse sur Facebook et a dit que l’employé avait été licencié, notant : « Les responsables de notre magasin Kingston voudraient exprimer leurs excuses à notre communauté pour l’incident qui s’est produit. La situation a été gérée et l’employé ne travaille plus pour nous. Nous n’avons jamais toléré ni ne tolérerons jamais la haine. Nous menions une enquête ».

Un commentaire en réponse notait que « donner l’instruction à une employée de se taire sur une expérience aussi haineuse et effrayante n’était pas intelligente ni gentille, et cela constituait une autre forme d’intimidation ». Le commentaire se plaignait que le magasin avait pris trop de temps pour régler le problème. Le magasin a reconnu en réponse au commentaire que la « direction n’avait pas bien géré la situation ».

Entre temps, Sarah a quitté son travail, a annoncé le journal le Daily Freeman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...