Nir Barkat fait son entrée officielle au Likud et dans la politique nationale
Rechercher

Nir Barkat fait son entrée officielle au Likud et dans la politique nationale

Rejoignant la course aux primaires en vue des élections à la Knesset, l'ancien maire de Jérusalem explique vouloir renforcer Benjamin Netanyahu et le parti au pouvoir

Nir Barkat, à droite, avec une responsable du Likud non-identifiée après la signature de son inscription aux primaires du parti du Likud, le 14 janvier 2019 (Autorisation)
Nir Barkat, à droite, avec une responsable du Likud non-identifiée après la signature de son inscription aux primaires du parti du Likud, le 14 janvier 2019 (Autorisation)

L’ancien maire de Jérusalem Nir Barkat s’est inscrit lundi sur la liste des primaires du parti du Likud qui auront lieu le mois prochain, marquant son entrée officielle dans la politique nationale après une décennie passée à la barre de la capitale israélienne.

« Je suis excité à l’idée de servir l’Etat et le peuple d’Israël, de pouvoir me donner entièrement en amenant mes compétences et mon expérience pour aider le Premier ministre (Benjamin) Netanyahu et le mouvement du Likud – auquel je crois du fond du cœur – à avancer », a dit Barkat dans un communiqué.

« Ensemble, avec nos alliés, anciens et nouveaux, nous renforcerons le camp national et le mouvement du Likud en faveur d’un Israël plus fort et plus puissant », a-t-il ajouté.

Les primaires du Likud sont prévues le 5 février. Les Israéliens se rendront aux urnes le 9 avril.

Au mois de mars, Barkat avait officiellement annoncé qu’il ne briguerait pas un troisième mandat au poste de maire de Jérusalem et que, comme de nombreux observateurs s’y attendaient, il se présenterait à la Knesset sous l’étiquette du Likud.

Barkat, 58 ans, qui a rejoint le parti au pouvoir en 2015, est un soutien de longue date de Netanyahu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le maire de Jérusalem Nir Barkat le 23 février 2015 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Barkat aura joui d’une popularité relativement forte dans une ville constituée de Juifs religieux, ultra-orthodoxes et laïcs, ainsi que de résidents palestiniens à Jérusalem-Est. Les laïcs auraient obtenu des avancées pendant son mandat dans un contexte de guerre culturelle continue portant sur la définition de l’identité de la municipalité.

Major et réserviste au sein de l’armée israélienne et après avoir fait fortune au début du boom des hautes-technologies israéliennes dans les années 1990, Barkat était entré en politique en échouant lors des élections à la mairie de Jérusalem face au candidat ultra-orthodoxe Uri Lupoliansky en 2003.

Après avoir été chef de l’opposition pendant le mandat de Lupoliansky, Barkat s’était représenté une nouvelle fois comme candidat laïc lors du scrutin municipal de 2008, l’emportant face au candidat ultra-orthodoxe Meir Porush. Il avait été réélu en 2013.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...