Nita Lowey soutient la destitution de Trump
Rechercher

Nita Lowey soutient la destitution de Trump

L'élue juive démocrate affirme que l'enquête de Mueller "a mis en lumière l'ampleur de la tromperie systémique" du président

La représente démocrate de New York Nita Lowey, présidente de la puissante Commission du budget à la chambre des représentants, à Washington, le 9 avril 2019 (Crédit : AP Photo/Andrew Harnik)
La représente démocrate de New York Nita Lowey, présidente de la puissante Commission du budget à la chambre des représentants, à Washington, le 9 avril 2019 (Crédit : AP Photo/Andrew Harnik)

Nita Lowey, élue de New York et présidente du puissant Comité des crédits de la Chambre des représentants des États-Unis, est la dernière démocrate juive de premier plan à soutenir la destitution (procédure d’impeachment) du président Donald Trump.

La déclaration de mercredi de Lowey intervient après qu’un autre Démocrate juif a soutenu la destitution de Trump. L’élu de New York Eliot Engel, le président du Comité des Affaires étrangères, a annoncé sa décision mardi.

Comme Engel, Lowey a fondé ses estimations sur le témoignage de la semaine dernière de l’ancien conseiller spécial Robert Mueller à propos des allégations au sujet de l’influence russe dans les élections 2016. Muller y a énuméré une dizaine d’exemples possibles où Trump et ses soutiens auraient fait obstruction à la Justice.

« L’enquête de l’ancien conseiller spécial Robert Mueller a produit un rapport qui a mis en lumière l’ampleur de la tromperie systémique qui semble être la seconde nature du président et de ses conseillers », a-t-elle dit dans un communiqué cité par Journal News, un journal dans le Lower Hudson Valley.

Le président américain Donald Trump serre la main de la président de la Chambre des Représentants Nancy Pelosi alors qu’ils participent au 38ème Service mémorial annuel de paix nationale le 15 mai 2019, à Washington, DC. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)

La décision de Lowey rapporte à 117 le nombre de Démocrates soutenant la procédure de destitution, soit près de la moitié du nombre nécessaire, augmentant un peu plus la pression sur la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, pour autoriser le déroulement de la procédure de destitution.

Pelosi a déclaré qu’elle ne souhaitait pas faire avancer le processus de destitution jusqu’à ce que des enquêtes séparées sur les inconvenances de l’administration Trump soient achevées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...