Non découragés par le conflit avec Gaza, 228 Nord-américains arrivent
Rechercher

Non découragés par le conflit avec Gaza, 228 Nord-américains arrivent

Le vol de Nefesh B’Nefesh prévu pour mardi atterrira avec à son bord des Américains et des Canadiens

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

64 olim arrivés le jour du début de l'opération Bordure protectrice (Crédit : Sasson Tiram/Nefesh B'Nefesh)
64 olim arrivés le jour du début de l'opération Bordure protectrice (Crédit : Sasson Tiram/Nefesh B'Nefesh)

Plus de 200 nouveaux immigrants sont attendus en Israël plus tard dans la semaine, non dissuadés par le projet de commencer une nouvelle vie dans un pays sous les attaques de roquettes.

Un vol spécialement affrété par l’organisation Nefesh B’Nefesh est programmé pour atterrir à l’aéroport Ben Gurion mardi avec 228 immigrants à son bord des Etats-Unis et du Canada, dont 100 enfants.

Pour certains des nouveaux arrivants, il n’était pas question de faire marche arrière, en dépit des tirs incessants de roquettes depuis la bande de Gaza sur les villes du sud et du centre d’Israël depuis le début de l’opération Bordure protectrice de l’armée israélienne, le 8 juillet.

Israël a lancé sa campagne militaire pour tenter d’enrayer les tirs de roquettes constants de terroristes palestiniens à Gaza.

« Annuler ou reporter notre voyage n’a jamais été une option », explique Sarah Bergman, 31 ans, de Waterbury dans le Connecticut qui viendra avec son mari, Fred, 34 ans et leurs enfants Eliahou, 10 ans ; Zev,
8 ans ; Azriel, 6 ans et Elisheva, 2 ans. « Même si nous volons au- dessus d’une zone de guerre, nous sommes autant enthousiastes qu’avant ».

L’immigration vers Israël, appelée aliyah en hébreu, a été coordonnée avec le ministère de l’Intégration, l’Agence juive pour Israël, Keren Kayemet LeYisraël et JNF-USA.

Un total de 29 familles et 54 célibataires ont prévu de partir mardi. Certains envisagent de vivre dans le nord ou le sud du pays, régions qui ont le plus souffert des attaques de roquettes dans le passé.

« Nous préparons nos enfants en regardant des vidéos et en parlant de la situation » a ajouté Bergman qui à l’intention de s’installer à Even Shmuel, à 43 kilomètres seulement de la bande de Gaza et à portée des roquettes. « Notre famille est inquiète, mais c’est là où nous allons ».

Ne laissant rien au hasard, le ministère de l’intégration a préparé des dépliants d’information pour chaque voyageur, expliquant les mesures de sécurité à prendre en Israël si la sirène d’alarme retentit. En outre, le Commandement de la défense passive a aussi délivré des informations, en anglais, expliquant comment parler aux enfants de la situation sécuritaire actuelle.

Plus tôt ce mois-ci, 64 nouveaux immigrants sont également arrivés depuis les Etats-Unis pour vivre en Israël.

Fondée en 2002, l’organisation Nefesh B’Nefesh a travaillé avec le gouvernement israélien pour faire venir quelque 40 000 immigrants nord-américains en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...