« Notre objectif est d’empêcher » le nucléaire iranien, dit le président allemand
Rechercher

« Notre objectif est d’empêcher » le nucléaire iranien, dit le président allemand

Frank-Walter Steinmeier a exprimé ces propos à Reuven Rivlin lors d'une visite officielle du président allemand en Israël et il a qualifié les missiles du Hamas "d'inacceptables"

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président Reuven Rivlin, à droite, accueille le président allemand Frank-Walter Steinmeier à la résidence du président de Jérusalem, le 1er juillet 2021. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le président Reuven Rivlin, à droite, accueille le président allemand Frank-Walter Steinmeier à la résidence du président de Jérusalem, le 1er juillet 2021. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier a, au cours d’une visite officielle en Israël, jeudi, réaffirmé la détermination de son pays à empêcher l’Iran d’acquérir l’arme nucléaire.

« Sur la question iranienne que vous avez soulevée et sur son positionnement qui menace la stabilité du Liban et de Gaza, nous convenons que notre objectif est d’empêcher l’Iran d’acquérir l’arme nucléaire », a déclaré Steinmeier.

Le président allemand a tenu ces propos alors qu’il se trouvait dans la résidence de son homologue israélien à Jérusalem.

Il s’agit de la dernière cérémonie d’accueil officielle du président sortant Reuven Rivlin, qui sera remplacé le 9 juillet par Isaac Herzog.

Steinmeier a aussi condamné les attaques aux missiles commises par les groupes terroristes palestiniens contre les civils israéliens, « une chose que nous ne saurons jamais accepter ».

Le président allemand a souligné son soutien à la solution à deux États, réclamant des mesures susceptibles de construire la confiance entre Israël et les Palestiniens.

Rivlin a remercié son homologue qui, selon lui, dirige l’Allemagne « dans son combat sans compromission contre l’antisémitisme », ajoutant que le pays européen « est resté fermement à nos côtés dans notre campagne juste contre des forces terroristes qui cherchent à nous effacer de la carte ».

Le président Reuven Rivlin, à droite, et le président allemand Frank-Walter Steinmeier plantent un pommier à la résidence présidentielle à Jérusalem, le 1er juillet 2021. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Il a aussi profité de l’occasion pour remercier Steinmeier d’avoir essayé d’arranger un accord avec le Hamas portant sur la libération des deux civils israéliens retenus dans la bande et sur la restitution des dépouilles de deux soldats tués au combat qui se trouvent entre les mains du groupe terroriste à Gaza.

Les deux hommes ont souligné leur amitié personnelle profonde et leurs expériences partagées lors d’événements de commémoration de la Shoah.

« Vous achevez votre mandat de président mais notre amitié, elle, ne va pas prendre fin et je vous remercie pour tout ce que votre amitié a pu m’enseigner », a conclu Steinmeier.

Après ces propos, les deux responsables ont planté un pommier sur l’Allée des présidents, dans les jardins de la résidence. Ils ont ensuite pris part à des réunions diplomatiques.

Steinmeier et son hôte se sont ensuite rendus sur la tombe de feu l’épouse de Rivlin, Nechama, et ont déposé une gerbe sur le tombeau du visionnaire sioniste Theodor Herzl à Jérusalem.

Rivlin accueillera un dîner d’État, jeudi soir, en l’honneur de Steinmeier et de son épouse.

Le président Reuven Rivlin, à droite, accueille le président allemand Frank-Walter Steinmeier à la résidence présidentielle à Jérusalem, le 1er juillet 2021. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Steinmeier doit rencontrer le nouveau Premier ministre israélien Naftali Bennett et se rendra au mémorial de la Shoah de Yad Vashem.

Les dirigeants allemands de l’après-guerre ont présenté des excuses répétées pour les atrocités nazies, et le pays a versé des centaines de millions de dollars d’indemnisation aux victimes juives. Les relations entre l’Allemagne et l’État juif ont été difficiles au cours des premières décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, mais les deux pays ont depuis développé des liens de proximité.

L’Allemagne a lancé une nouvelle initiative avec les États-Unis, la semaine dernière, pour contrer une recrudescence alarmante de l’antisémitisme et du négationnisme de la Shoah dans le monde.

Le dialogue sur la Shoah États-Unis-Allemagne cherche à renverser cette tendance, qui s’est développée pendant la pandémie de coronavirus dans le cadre d’une ascension du populisme politique en Europe et aux États-Unis. Ce projet de dialogue vise à créer des outils éducatifs et de transmission pour enseigner aux jeunes et à leurs aînés les crimes commis par les nazis et leurs collaborateurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...