« Nous avons atteint le point d’acmé de l’antisémitisme en ligne »
Rechercher

« Nous avons atteint le point d’acmé de l’antisémitisme en ligne »

En France, le hashtag « Palestine vivra, Israël va brûler », a été classé comme le troisième plus populaire parmi les utilisateurs de la région de Toulouse

Logo de Twitter, créé par Keri J (Crédit : CC BY Keri J/Flickr)
Logo de Twitter, créé par Keri J (Crédit : CC BY Keri J/Flickr)

Une association néerlandaise spécialisée dans la lutte contre les discriminations a déclaré qu’elle observait des niveaux record d’incitation à la haine antisémite en ligne.

La MDI (Meldpunt Discriminatie Internet – Hotline Discrimination Internet) a déclaré que le volume actuel des rapports sur les discours de haine contre les Juifs, et punissables par la loi, est inégalé depuis les 17 ans d’existence de l’organisation, a rapporté lundi la chaîne de télévision AT5.

« Habituellement, nous recevions trois à cinq rapports d’incidents par semaine, mais en ce moment, nous avons reçu 73 rapports », a déclaré à AT5 Suzette Bronkhorst, une des cofondatrices de MDI.

« Nous parlons d’environ 200 à 300 cas de discours de haine antisémite dans les 10 jours », a ajouté Bronkhorst. Cette augmentation est liée à l’offensive israélienne dans la bande de Gaza, affirme-t-elle, et en grande partie, elle est constituée de déclarations sur Twitter.

L’un des messages signalé par MDI et visible sur Twitter disait : « Je veux que tous les Juifs, mais vraiment tous, meurent et qu’il n’en reste pas un seul ». Un autre, sous le pseudo « goldmocro » et qui s’appelle James Rodriguez écrit : « Hitler a besoin de revenir pour tuer les Juifs. # FreePalestine ».

En France, le hashtag #PalestineVivraIsraelBrulera, ou « Palestine vivra, Israël va brûler », a été classé comme le troisième plus populaire parmi les utilisateurs de la région de Toulouse, mardi.

Les hashtags sont des mots ou des phrases précédées par le symbole # utilisé pour indexer les messages sur Twitter et autres réseaux sociaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...