« Nous n’en avons pas terminé avec le terrorisme », estime une ministre française
Rechercher

« Nous n’en avons pas terminé avec le terrorisme », estime une ministre française

La ministre française des Armées s'est rendue aux EAU pour préparer la visite de Macron, supposée se solder par un contrat de vente de Rafales

Florence Parly, ministre française des Armées, en conférence de presse à Bamako, au Mali, le 1er août 2017. (Crédit : Souleymane Ag Anara/AFP)
Florence Parly, ministre française des Armées, en conférence de presse à Bamako, au Mali, le 1er août 2017. (Crédit : Souleymane Ag Anara/AFP)

Le combat contre « le terrorisme » est loin d’être terminé au Moyen-Orient, même si le groupe Etat islamique (EI) a subi des revers majeurs ces derniers mois, a déclaré dimanche à l’AFP la ministre française des Armées Florence Parly, en visite à Abou Dhabi.

« Nous sommes arrivés à un point important puisque Daech (acronyme de l’EI en arabe) subit défaite sur défaite. C’est un élément factuel majeur. Plus les jours passent, plus la reconquête des territoires qui avaient été occupés par Daech progresse », a affirmé la ministre, à l’issue d’un déplacement de 24 heures aux Emirats arabes unis.

Mme Parly, qui venait d’Inde, a rendu visite à des militaires qui contribuent depuis les Emirats à la lutte anti-jihadiste. Des avions de combat Rafale participent depuis des années aux opérations en Syrie et en Irak.

« Sur la capacité à éradiquer le terrorisme, nous ne sommes pas naïfs. Nous savons que même si des progrès considérables ont été obtenus, il y aura, d’une manière ou d’une autre, réapparition d’une forme de terrorisme qui ne s’appellera probablement pas Daech, qui sera plus clandestine que Daech, qui n’aura pas d’ancrage territorial précis. »

« Non, nous n’en avons pas terminé avec le terrorisme dans cette région », a insisté la ministre, dont c’était la première visite officielle à Abou Dhabi, un « partenaire stratégique » avec lequel « la coopération militaire est extrêmement soutenue ».

 Emmanuel Macron, lors de la 72ème Assemblée générale de l'ONU à New York, le 19 septembre 2017.  (Crédit : Drew Angerer/Getty Images North America/AFP)
Emmanuel Macron, lors de la 72ème Assemblée générale de l’ONU à New York, le 19 septembre 2017. (Crédit : Drew Angerer/Getty Images North America/AFP)

Florence Parly s’est entretenue avec l’homme fort des Emirats, Cheikh Mohammed ben Zayed, moins de deux semaines avant une visite du président Emmanuel Macron qui doit participer le 8 novembre aux cérémonies d’inauguration du musée du Louvre à Abou Dhabi, capitale des Emirats.

La France est un partenaire majeur des Emirats, pays avec lequel elle a des accords de défense et où elle dispose de plusieurs implantations (bases navale et aérienne, unités terrestres) avec plus de 700 militaires au total.

« Il était important pour moi de pouvoir redire aux forces françaises combien leur rôle est important », a expliqué Mme Parly après avoir rencontré des membres du 5e régiment de cuirassiers.

« L’entretien avec Cheikh Mohammed a été particulièrement dense et intéressant. Nous avons une grande communauté de vues sur bon nombre de sujets », a indiqué la ministre.

Outre « la lutte contre le terrorisme, nous avons évoqué l’Irak, la Syrie et la situation libyenne, ainsi que le Golfe (crise autour du Qatar). Il s’est intéressé à la situation en Afrique, au Sahel ».

Mme Parly a confirmé que sa visite visait aussi à préparer celle du président Macron, au cours de laquelle, « évidemment, les sujets en matière industrielle et d’armement seront évoqués ».

Après avoir vendu depuis 2015 l’avion de combat Rafale au Qatar, à l’Egypte et à l’Inde, la France espère remporter un nouveau contrat aux Emirats arabes unis, indique-t-on de source spécialisée.

Interrogée sur d’éventuels progrès sur ce dossier, Mme Parly a répondu : « Cela fait partie des sujets dont je ne parlerai pas. Le sujet est dans tous les esprits. Il est préférable d’attendre que l’échange entre le président de la République et Cheikh Mohammed ait lieu pour en dire plus ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...