Avichai Mandelblit promet de combattre la corruption
Rechercher

Avichai Mandelblit promet de combattre la corruption

Le nouveau procureur général israélien promet de faire respecter son autonomiee en tant que premier juriste du pays

Le procureur général sortant Yehuda Weinstein (à droite), le contrôleur de l'Etat Yosef Shapira (deuxième à droite), la ministre de la Justice Ayelet Shaked (deuxième à gauche) et le nouveau procureur général Avichai Mendelblit (à gauche), pendant la cérémonie de serment du  nouveau procureur général, à Jérusalem le 1er février 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le procureur général sortant Yehuda Weinstein (à droite), le contrôleur de l'Etat Yosef Shapira (deuxième à droite), la ministre de la Justice Ayelet Shaked (deuxième à gauche) et le nouveau procureur général Avichai Mendelblit (à gauche), pendant la cérémonie de serment du nouveau procureur général, à Jérusalem le 1er février 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le futur procureur général Avichai Mandelblit a promis lundi pendant sa cérémonie de serment à Jérusalem qu’Israël de respecter l’autonomie de du plus haut poste d’application de la loi du pays, et a promis de se battre contre la corruption et de faire respecter la règle de la loi.

« Nous devons travailler inlassablement pour respecter l’indépendance du procureur général. Il est important de se rappeler que le procureur général n’est pas soumis à l’autorité d’un homme », a déclaré Mandelblit. A sa place, il sera, a-t-il déclaré, « lié seulement à la règle de la loi ».

« Il est important de se rappeler que la règle de la loi ne signifie pas la règle du procureur général », a-t-il ajouté.

« A mon avis, les mots de ‘règle de la loi’ ne sont pas des mots vides de sens. La ‘règle de la loi’ signifie que ceux qui sont victimes d’un crime savent que les auteurs seront arrêtés », a-t-il continué.

Mandelblit a continué en expliquant que le système judicaire israélien se « tiendrait derrière » quiconque blessé par une institution de l’Etat, et a promis que « chacun sera égal devant la loi ».

« La loi n’est pas un moyen, mais plutôt une finalité pour réussir des objectifs sociaux. Elle est faite pour protéger les droits humains de chacun », a-t-il ajouté.

La nomination de Mandelblit a été vue comme une victoire pour le Premier ministre Benjamin Netanyahu et la ministre de la Justice Ayelet Shaked, cette dernière étant une critique ouverte du procureur général sortant, Yehuda Weinstein, qui, a-t-elle affirmé, travaillait pour faire obstruction aux lois du gouvernement. « Weinstein, n’a travaillé pour rien d’autre que les intérêts de l’Etat » a néanmoins déclaré Shaked lundi, à la cérémonie marquant la prise de fonction de Mandelblit.

Avichai Mandelblit en 2010 (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)
Avichai Mandelblit en 2010 (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

Mandelblit a été nommé par une commission spéciale réunie par Shaked fin 2015. Le cabinet a approuvé sa nomination à l’unanimité en janvier.

Dans son discours de départ à la cérémonie de lundi, Weinstein a parlé à mots couverts de sa relation tendue avec le cabinet de Netanyahu.

« Cela déclenche beaucoup de critiques de personnes qui ne sont pas des experts du domaine, a-t-il déclaré. Mais je n’ai jamais autorisé cela à me distraire de mon travail, même si c’est ce qu’ils essayaient de faire. »

« Nous affrontons des tâches difficiles et complexes. Mes succès étaient vos succès. Et tout échec n’était qu’à moi. Je m’en vais, mais vous continuerez à servir la règle de la loi de la bonne façon » a déclaré Weinstein à son successeur.

Shaked a salué la nomination de Mandelblit, malgré une certaine opposition gouvernementale à son nouveau poste.

« Je suis heureuse, malgré les tentatives venues de toutes parts, que la commission ait été capable de recommander le candidat le plus approprié, précieux et professionnelle, riche de succès », a-t-elle déclaré.

Elle a exhorté Mandelblit à « protéger votre indépendance ».

Mandelblit est général de réserve de l’armée israélienne, et a servi comme directeur du corps des avocats militaires généraux de l’armée de 2009 à 2011. Il a également été juge militaire dans la bande de Gaza avant le retrait d’Israël de ce territoire en 2005. Il était responsable des aspects légaux des activités de l’armée pendant la seconde guerre du Liban en 2006 et l’opération Plomb durci à Gaza en 2008 – 2009. Parmi d’autres sujets, il s’est occupé de la légalité des bombes à fragmentation et du controversé rapport Goldstone de l’ONU sur Plomb durci.

Pendant son service à Gaza, Mandelblit a ouvertement accueilli le dialogue avec les organisations des droits de l’Homme, déclarant une phrase restée célèbre : « Ils font leur boulot, et je fais le mien ».

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...