Nucléaire : aucun accès aux sites militaires iraniens ne sera autorisé
Rechercher

Nucléaire : aucun accès aux sites militaires iraniens ne sera autorisé

La question des inspections est l'un des point de contention dans l'accord qui est négocié entre l'Iran et les P5+1

Massoud Jazayeri, porte-parole de l'état-major des forces armées iraniennes (Crédit : Capture d'écran YouTube NTDSpanish)
Massoud Jazayeri, porte-parole de l'état-major des forces armées iraniennes (Crédit : Capture d'écran YouTube NTDSpanish)

Les forces armées iraniennes n’autoriseront aucun accès aux sites militaires du pays dans le cadre d’un accord sur le programme nucléaire qui doit voir le jour d’ici fin juin, a déclaré vendredi leur porte-parole, le général Massoud Jazayeri.

« Les forces armées iraniennes n’autoriseront aucune visite ou inspection des sites militaires, quelles soient limitées et contrôlées (…) et quelle que soit sa forme », a déclaré Jazayeri, cité par le sepahnews.com, site officiel des Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime islamique.

Cette déclaration intervient alors que les représentants de l’Iran et des pays du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne), réunis à Vienne, tentent de finaliser d’ici fin juin le texte d’un accord final sur le dossier nucléaire iranien. L’un des haut négociateur iranien, Abbas Araghchi, a fait état jeudi de « progrès importants » dans la rédaction de l’accord final.

La question des inspections ou accès des sites militaires reste toutefois l’un de sujets de divergence entre les deux parties.

« Les visites ou les inspections de ces sites quel que soit le nom que cela porte, y compris les accès réglementés, sont inacceptables », a déclaré Jazayeri en ajoutant que cela correspond à la « volonté de la majorité de la population et personne n’a le droit d’agir contre cela ».

« Tout le monde doit faire attention, il est interdit de jouer avec les mots », a t-il ajouté.

Cette déclaration intervient alors que Araghchi a fait il y a quelques jours la distinction entre « inspection » et « accès » aux sites militaires.

Jeudi encore, il a affirmé que « ce qui est prévu dans le protocole additionnel (au Traité de non prolifération) est un accès réglementé des sites » non nucléaires, notamment militaires.

« L’accès réglementé est une procédure précise que d’autres pays appliquent aussi afin de permettre aux inspecteurs de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) d’accéder aux sites non-nucléaires. De notre point de vue, cela ne signifie ni visite ni inspection », a déclaré Araghchi, en précisant que « les règles sont en train d’être définies dans le cadre de l’accord final ».

Le protocole additionnel permet des inspections surprises des sites nucléaires mais aussi un accès réglementé des sites non nucléaires, notamment militaires. Selon Téhéran un tel accès est exceptionnel et l’AIEA doit justifier sa demande.

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, qui a le dernier mot dans l’affaire nucléaire, avait déjà rejeté fin mai toute « inspection » des sites militaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...