Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

NY: Un restaurant casher de l’Upper West Side vandalisé avec des graffitis anti-Israël

Des bénévoles ont nettoyé les graffitis ; la police de New York enquête sur le vandalisme en tant que crime de haine

Un groupe de volontaires juifs nettoie les graffitis pro-palestiniens sur le trottoir à l'extérieur du Effy's Café, un restaurant casher de l'Upper West Side, le 17 mars 2024. (Crédit : Jackie Hajdenberg/JTA)
Un groupe de volontaires juifs nettoie les graffitis pro-palestiniens sur le trottoir à l'extérieur du Effy's Café, un restaurant casher de l'Upper West Side, le 17 mars 2024. (Crédit : Jackie Hajdenberg/JTA)

JTA – La peinture rouge était encore humide lorsque Ben Zara, la gérante du Effy’s Café dans l’Upper West Side, est arrivée au travail vers 7 heures dimanche matin et a vu la peinture couler le long de la façade du restaurant, des coulées qui lui ont immédiatement fait penser à du sang.

« La ville de New York est tellement folle », a déclaré Zara à la Jewish Telegraphic Agency le lendemain matin. « Mais c’était la première fois que je voyais une attaque de mes propres yeux. »

En plus de la peinture rouge, un message peint à la bombe devant le restaurant de la 96e rue accueillait tous les passants. On pouvait y lire, en majuscules, « Faites la queue ici pour soutenir le génocide ». Un autre message, peint en vert sur le trottoir, disait : « Free Gaza ».

Avec ces graffitis, sur lesquels la police enquête comme un crime de haine, Effy’s Café rejoint la lugubre liste des nombreux restaurants casher de New York qui ont été vandalisés, attaqués ou pris pour cible au cours des mois qui ont suivi le déclenchement de la guerre entre Israël et le Hamas, le 7 octobre. D’autres graffitis peints à la bombe ont été trouvés dimanche à une dizaine de pâtés de maisons du centre-ville, sur lesquels on pouvait lire : « Israël bombarde les enfants », « Free Palestine », « L’israélisme, c’est du terrorisme » et « Israël, c’est de la purification ethnique ».

Pour les clients juifs du restaurant, la dégradation d’Effy’s Café a déclenché une mobilisation devenue familière. Des expressions d’indignation en ligne se sont traduites par des brigades de bénévoles venus soutenir le restaurant en personne.

Étrangement, les graffitis n’ont pas été remarqués le dimanche, le jour où le restaurant est le plus fréquenté, ce que Zara a attribué au choc, sans pouvoir l’expliquer autrement.

Mais dans la nuit, les activistes des réseaux sociaux ont commencé à s’intéresser à la situation : Les photos de l’attaque se sont répandues sur les plateformes et sont apparues sur les sites de la communauté juive et les publications locales, du groupe Facebook Upper West Side Shtetl au West Side Rag, un blog local.

Des graffitis pro-palestiniens sur le trottoir à l’extérieur du Effy’s Café, un restaurant casher de l’Upper West Side, le 17 mars 2024. (Crédit : Jackie Hajdenberg/JTA)

Dès le lendemain matin, des bénévoles se sont manifestés pour nettoyer l’endroit.

« Je suis venu ici avec une brosse et des gens m’ont rejoint », a déclaré Elisha Fine, un habitant de l’Upper West Side qui a coordonné les efforts de nettoyage lundi matin, en lavant à haute-pression et en frottant la peinture avec du bicarbonate de soude, du vinaigre et d’autres produits chimiques décapants.

L’auteure Melanie Notkin, une autre habitante du quartier, a entendu parler des graffitis sur Twitter. Elle a acheté des fournitures de nettoyage lundi, après être passée devant le restaurant lors de son jogging matinal. L’équipe de bénévoles lui a demandé si elle pouvait donner un coup de main.

« Dans des moments comme celui-ci », a-t-elle déclaré, « nous n’allons pas nous laisser abattre ».

Pendant près de quatre heures, Fine et cinq autres personnes ont lavé et frotté le trottoir à l’aide d’un jet à haute-pression, l’un d’entre eux portant un sweat à capuche arborant le drapeau israélien. Plusieurs passants ont exprimé leur déception face à cet acte de vandalisme, tandis que d’autres ont déposé des produits de nettoyage, notamment du bicarbonate de soude et des brosses. Les bénévoles s’arrêtaient de pulvériser lorsque les piétons traversaient le trottoir, et aidaient parfois les poussettes ou les fauteuils roulants, tandis que d’autres évitaient complètement le trottoir et empruntaient la chaussée. De l’eau rouge coulait le long de l’avenue.

« C’est l’étape suivante pour les antisémites », a déclaré Fine. « Ils commencent par les affiches, puis ils s’attaquent aux commerces. Quand viendront-ils s’en prendre à nous ? C’est pour cela que nous sommes ici », a-t-il ajouté, en référence aux affiches des otages arrachées.

Un groupe de volontaires juifs nettoie les graffitis pro-palestiniens sur le trottoir à l’extérieur du Effy’s Café, un restaurant casher de l’Upper West Side, le 17 mars 2024. (Crédit : Jackie Hajdenberg/JTA)

Pour certains bénévoles de lundi matin, il ne s’agit pas de la première prise de contact avec l’activisme, depuis le 7 octobre. Notkin a beaucoup écrit et publié sur le soutien à Israël. Fine compte parmi les quelques dizaines de personnes qui se sont chargées d’accrocher des affiches et des autocollants sur les otages dans toute la ville. Il a déclaré qu’avec un groupe qu’il dirige, Save the Hostage Posters, il a contribué à l’impression, à la distribution et à l’affichage d’environ 10 000 autocollants dans la ville de New York depuis le 7 octobre.

Outre les efforts de nettoyage, le Effy’s Café a également connu une affluence inhabituelle pour un lundi, a déclaré Ben Zara.

« Ces personnes à l’intérieur, pour la plupart, c’est la première fois que je vois leur visage », a-t-elle déclaré. « Juste pour une petite tasse de café ce matin, j’ai même eu des clients qui ont commandé des choses qu’il ne fallait pas livrer, juste pour montrer [leur] soutien à l’entreprise ».

Parmi les clients se trouvaient plusieurs politiciens juifs locaux, dont Jerry Nadler, membre juif du Congrès qui représente la région. Dans un message publié sur X, anciennement Twitter, il a qualifié le vandalisme « d’acte lâche d’antisémitisme qui ne peut être et ne sera pas toléré dans notre communauté ».

Mark Levine, président du Conseil municipal de Manhattan, et Micah Lasher, qui se présente pour représenter l’Upper West Side à Albany, se sont rendus ensemble au café « pour montrer clairement que New York ne sera jamais un endroit où ces actes sont tolérés, excusés ou considérés comme un discours politique raisonnable », a tweeté Lasher.

Shlomo Alkoby, dit Effy, propriétaire du Effy’s Café, a quitté Israël pour s’installer aux États-Unis à l’âge de 17 ans. Il s’est dit triste mais pas totalement surpris que son restaurant ait été attaqué.

« J’aime l’Amérique. Et cela me brise le cœur de voir ces gens faire cela ; ils ne veulent tout simplement pas regarder la situation dans son ensemble », a déclaré Alkoby. « C’est de la stupidité à l’état pur. »

Des clients ont laissé des notes de soutien et des fleurs aux employés du Effy’s Café, qui a été le théâtre d’un acte de vandalisme le 17 mars 2024. (Crédit : Jackie Hajdenberg/JTA)

Zara, qui n’est pas juive mais travaille au Effy’s Café depuis près de 10 ans, a déclaré qu’elle avait senti le soutien affluer lundi. Les clients ont laissé des vœux et des fleurs pour le personnel, et un client s’est même porté volontaire pour s’occuper des tables lorsque Zara était la seule employée à travailler le matin.

« Je suis asiatique. Je suis philippine », a déclaré Zara. « Je n’ai jamais ressenti autant d’amour et de soutien. Toute la communauté juive m’a soutenue ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.