Observateurs au mont du Temple : Israël reçoit l’émissaire français
Rechercher

Observateurs au mont du Temple : Israël reçoit l’émissaire français

Netanyahu a rejeté d’emblée la suggestion de Paris de déployer des observateurs internationaux dans le lieu saint de Jérusalem

Patrick MaIsonnave (Crédit : Gideon Markowicz/Flash90)
Patrick MaIsonnave (Crédit : Gideon Markowicz/Flash90)

L’ambassadeur de France en Israël, Patrick Maisonnave, « a été reçu ce matin au ministère israélien des affaires étrangères » où il a notamment évoqué « les initiatives pour apaiser les tensions », a déclaré lundi le ministère français des Affaires étrangères.

« Israël a transmis son opposition résolue à la proposition française de placer des observateurs sur le mont du Temple », a indiqué le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Emmanuel Nahshon.

Il a qualifié de « franche » la conversation entre M. Maisonnave et les directeurs Europe et Nations unies des Affaires étrangères israéliennes.

« Israël est opposé à toute initiative non-concertée avec lui », a-t-il ajouté.

A 10:30, Maisonnave devait rencontrer Ronny Leshno-Yaar, chef de la division du ministère pour les Organisations internationales et Aviv Shir-On, Directeur général adjoint de la division Europe.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait rejeté l’idée sans autre forme de procès, la qualifiant de proposition foncièrement absurde. La France avait déposé vendredi soir un projet de texte relatif à ce sujet à l’issue du Conseil de sécurité des Nations unies.

Le site, qui est un lieu saint à la fois par les Juifs et les Musulmans, est considéré comme un facteur clé dans la récente escalade de violences qui sévit actuellement. Les Palestiniens affirment que les Israéliens cherchent à changer le statut du site qui abrite la mosquée Al-Aqsa et est également le site des temples juifs. Israël a fermement démenti cette affirmation.

Dimanche, le Premier ministre a de nouveau rejeté cette proposition, déclarant qu’Israël « n’est pas le problème » mais plutôt « la solution » à la situation explosive dans laquelle se trouve le sanctuaire.

« Israël ne peut pas accepter le projet de texte au Conseil de sécurité [des Nations unies]. Non seulement il ne mentionne pas l’incitation et le terrorisme auxquels se livrent les Palestiniens mais il appelle de surcroît à une internationalisation du mont du Temple », a déclaré Netanyahu à l’ouverture de la réunion hebdomadaire du cabinet.

La proposition française « appelle à une internationalisation des lieux saints au Moyen-Orient », a rappelé Netanyahu dimanche.

« Les initiatives pour apaiser les tensions et favoriser une reprise des négociations de paix ont été évoquées », a indiqué lors d’un point de presse le porte-parole du Quai d’Orsay, Romain Nadal.

« Eh bien nous avons vu comment les Musulmans militants explosent chacun les hautes mosquées des autres au Moyen-Orient : à Palmyre, en Irak, et partout ailleurs. Nous avons pu en faire la douloureuse expérience quand ils ont incendié un lieu saint juif : le Tombeau de Joseph. Il n’y a qu’Israël et Israël seule qui est garante des lieux saints sur le mont du Temple.

La France condamne « fermement les violences récentes d’où qu’elles émanent », a affirmé lundi lors de son point de presse le ministère français des Affaires étrangères. « Depuis plusieurs mois, la France a rappelé les risques d’une absence d’horizon politique pour le processus de paix », a rappelé son porte-parole.

« Le conseil de sécurité des Nations unies doit se prononcer. Il est essentiel qu’il contribue à l’apaisement, en appelant au calme et à la retenue ainsi qu’au respect du statu quo sur l’esplanade des mosquées. C’est dans cet esprit que la France travaillera, avec l’ensemble de ses partenaires, à une déclaration qui recueille le consensus autour de ces principes », a conclu Romain Nadal.

Raphael Ahren et AFP ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...