Rechercher

Odeh et Ben Gvir se battent lors d’une visite à un suspect terroriste à Rehovot

Miqdad Qawasmeh, membre du Hamas en grève de la faim suite à sa détention administrative, est hospitalisé à l'hôpital Kaplan; Ben Gvir dénonce un "paradis pour terroristes"

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Capture d'écran de la vidéo d'une altercation entre le leader du parti d'extrême droite Otzma Yehudit, le député Itamar Ben Gvir (centre-gauche),  et  le député Ayman Odeh, leader du parti prédominant arabe-israélien  Liste arabe unie, à l'hôpital Kaplan à Rehovot, le 19 octobre 2021. (Crédit : Twitter)
Capture d'écran de la vidéo d'une altercation entre le leader du parti d'extrême droite Otzma Yehudit, le député Itamar Ben Gvir (centre-gauche), et le député Ayman Odeh, leader du parti prédominant arabe-israélien Liste arabe unie, à l'hôpital Kaplan à Rehovot, le 19 octobre 2021. (Crédit : Twitter)

Le député Ayman Odeh, chef de la Liste arabe unie, s’est physiquement affronté mardi avec le député Itamar Ben Gvir, membre du parti de la droite radicale Sionisme religieux, à l’intérieur d’un hôpital du centre d’Israël.

Odeh s’est rendu à l’hôpital Kaplan de Rehovot pour voir Miqdad Qawasmeh, un membre du groupe terroriste du Hamas détenu sans inculpation et qui fait une grève de la faim depuis près de trois mois. Odeh aurait rendu visite à Qawasmeh pour lui offrir son soutien, tandis que Ben Gvir serait venu se plaindre que Qawasmeh soit traité dans un hôpital israélien.

Qawasmeh, fils du législateur du Hamas Omar Qawasmeh, est détenu dans le cadre d’une procédure juridique controversée appelée « détention administrative », qui permet aux autorités israéliennes de détenir des prisonniers sans inculpation. Un porte-parole du Shin Bet a déclaré que Qawasmeh était détenu en raison des « activités du Hamas », et a refusé de donner plus de détails.

Odeh et d’autres députés de la Liste arabe unie sont opposés à la détention administrative et ont fréquemment protesté contre son utilisation envers les Palestiniens.

Ayman Odeh, député de la Liste arabe unie, lors d’une manifestation à Tel Aviv le 15 mai 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Odeh a également rendu visite à Qawasmeh samedi, aux côtés de son père, le commandant du Hamas. « Son père est à ses côtés, il le regarde avec l’inquiétude d’un père et déchiré par la douleur. L’occupation, qui l’a placé en détention administrative sans procès, reste rigide », a déclaré Odeh dans un communiqué.

La vidéo de la confrontation de mardi montre Odeh sortant de la salle de Qawasmeh et rencontrant Ben Gvir – qui exigeait qu’on le laisse entrer. Odeh a dit à Ben Gvir qu’il ne serait pas autorisé à entrer dans la salle. Ben Gvir a répondu qu’Odeh n’était pas un fonctionnaire de l’hôpital et qu’il n’avait donc pas son mot à dire dans cette affaire.

« Vous êtes le terrorisme et un terroriste – vous êtes venu ici pour apporter votre soutien aux terroristes », a accusé Ben Gvir Odeh alors que leur affrontement s’envenimait.

« Partez, c’est notre maison », a rétorqué Ben Gvir. « Qu’est-ce que vous faites ici ? Qu’est-ce que vous et vos amis faites ici ? Vous soutenez le terrorisme. »

Le député Itamar Ben Gvir crie sur le Premier ministre Naftali Bennett lors d’une session plénière à la Knesset, le 11 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Allez-vous-en », lui a répondu Odeh en criant. « Vous dérangez l’hôpital. Partez d’ici. Vous êtes un terroriste et une ordure. Vous êtes malade dans votre tête. »

Alors que les assistants et le personnel de l’hôpital se pressent autour d’eux et que Ben Gvir se dirige vers la chambre de Qawasmeh, Odeh le repousse. Ben Gvir se précipite alors vers Odeh, et le personnel intervient pour les séparer.

Ben Gvir a ensuite déclaré dans un communiqué qu’il allait déposer plainte auprès de la police.

« Odeh a commis un acte criminel grave », a déclaré Ben Gvir. « Un parlementaire n’a pas d’immunité pour attaquer un autre parlementaire ».

Ben Gvir a dit qu’il avait demandé au directeur de l’hôpital d’avoir accès à la chambre de Qawashmeh pour examiner les conditions dans lesquelles il était gardé.

« Finalement, malgré le comportement d’Odeh, je suis entré dans le service et j’ai eu l’impression qu’Israël continue d’être un paradis pour les terroristes », a-t-il dit.

Le député Mickey Levy lors d’une réunion de la commission des Finances, à la Knesset, le 6novembre 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le président de la Knesset, Mickey Levy, du parti Yesh Atid, a soutenu Ben Gvir dans cette affaire, déclarant dans un communiqué qu’il « condamne la violence utilisée par Odeh contre Ben Gvir. Pour un député, lever la main sur un autre député, c’est franchir toutes les lignes rouges ».

Plusieurs autres prisonniers de sécurité palestiniens sont actuellement en grève de la faim. Le Comité international de la Croix-Rouge a exprimé des préoccupations spécifiques concernant le bien-être de Qawasmeh et de Kayed Fasfous, qui refuse d’accepter de la nourriture depuis plus de 90 jours.

« Nous sommes préoccupés par les conséquences potentiellement irréversibles d’une grève de la faim aussi prolongée sur leur santé et leur vie », a déclaré Robert Paterson, fonctionnaire du CICR, début octobre.

La semaine dernière, deux infirmières arabes de l’hôpital Kaplan ont été sanctionnées après avoir posé pour une vidéo avec Qawasmeh. Les infirmières ont été convoquées à une audience disciplinaire à l’hôpital et ont été censurées pour cet incident. L’hôpital a déclaré que les infirmières avaient compris la gravité de leurs actes et exprimé leurs regrets.

Les autorités israéliennes n’avaient pas placé Qawasmeh sous surveillance en raison de son état de faiblesse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...