Ohana veut ouvrir une enquête contre l’ex-procureur d’État
Rechercher

Ohana veut ouvrir une enquête contre l’ex-procureur d’État

Le ministre de la Justice, qui devrait quitter son poste cette semaine, appelle à une enquête sur Shai Nitzan, qui aurait accédé illégalement au système informatique du ministère

Le ministre de la Justice Amir Ohana à la Knesset, le 11 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Justice Amir Ohana à la Knesset, le 11 septembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Justice, Amir Ohana, a lancé samedi une attaque cinglante contre le système judiciaire et le procureur-général Avichai Mandelblit. Il a par ailleurs réclamé l’ouverture d’une enquête pénale à l’encontre de l’ancien procureur d’État Shai Nitzan.

Ohana, dont le mandat aura été marqué par ses dénonciations virulentes de responsables de la justice, doit quitter son poste de ministre cette semaine avec la prestation de serment attendue du nouveau gouvernement israélien, qui devrait se tenir mercredi.

Dans un post publié sur Facebook, Ohana a paru accuser Nitzan d’avoir illégalement accédé au réseau informatique du département de la Justice après avoir quitté ses fonctions.

« Il y a un ancien procureur d’État qui est entré dans les systèmes du département de la Justice, en contrevenant ostensiblement à la loi », a-t-il ainsi écrit sans désigner explicitement Nitzan.

Ohana se référait à un reportage de la Treizième chaîne, inclus dans son post, qui affirmait que Nitzan avait accédé au système informatique de son département – qui héberge des informations sensibles – après avoir terminé son mandat de cinq ans, au mois de décembre. Le reportage montrait une capture d’écran visant à prouver que Nitzan avait bien accédé au système en date du 28 avril.

Ohana a expliqué qu’il rencontrerait le contrôleur d’État Matanyahu Englman afin de réclamer l’ouverture d’une enquête, ajoutant que si Engleman ne donnait pas suite à sa requête, il établirait une commission chargée de se pencher sur le dossier.

« Si le contrôleur d’État échoue à mener à bien cet examen, alors je réfléchirais à la mise en place d’une commission d’examen gouvernementale pour un contrôle approfondi de ces graves accusations », a écrit Ohana.

Engleman, qui a accédé l’année dernière à sa fonction, a cherché à faire en sorte que son bureau se consacre aux critiques émises sur la bureaucratie interne au détriment des accusations de malversations criminelles ou de corruption à l’encontre des hauts-responsables.

Nitzan, remplacé par Dan Eldad, un candidat qui avait été nommé par Ohana, a répondu que les accusations proférées par le ministre de la Justice intérimaire étaient « complètement infondées et entrent dans le cadre de sa tentative de m’ôter toute légitimité, comme il tente également d’ôter toute légitimité au bureau du procureur d’État ».

« Inutile de dire que le ministre Ohana n’est pas venu me présenter personnellement ces accusations infondées avant de les publier en public », a-t-il ajouté.

Il a expliqué que, dans les trois mois qui avaient suivi la fin de son mandat, son ordinateur était resté en sa possession et qu’il avait continué à utiliser son adresse courriel – ce qui fait partie de la procédure habituelle, a-t-il asséné.

Ohana est un proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu et a été en conflit permanent avec Mandelblit depuis qu’il a hérité du portefeuille de la Justice, notamment au sujet de la nomination d’Eldad ainsi que concernant l’autorité d’Ohana à désigner de hauts-responsables à leurs fonctions en tant que ministre d’un gouvernement transitoire.

Eldad avait été nommé à son poste par Ohana au mois de février – un mandat temporaire – pour une période de trois mois après le départ de Nitzan et le rejet par Mandelblit de la précédente candidate choisie par le ministre de la Justice.

Une nomination permanente ne peut pas se faire dans le cadre d’un gouvernement de transition. Même si un gouvernement d’unité qui rassemble les formations du Likud et de Kakhol lavan est actuellement en préparation, il n’a pas été officiellement formé et il pourrait décider d’un gel initial des nominations aux postes de haute importance dans le pays.

La semaine dernière, Ohana s’est opposé à Mandelblit qui avait écrit un courrier aux responsables du bureau du procureur d’État disant qu’il assumerait le rôle de procureur d’État au cours des prochains mois, jusqu’à confirmation d’un remplaçant pour Eldad.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...