Rechercher

Oman annonce qu’il va « ouvrir une ambassade » dans les Territoires palestiniens

Le sultanat, absent au sommet de Bahrein, sera ainsi le premier pays arabe du Golfe à avoir une ambassade à Ramallah

Le ministre des Affaires étrangères omanais Yussef bin Alawi arrive pour assister à la 136e réunion ordinaire du Conseil de coopération du Golfe (CCG), le 15 septembre 2015, dans la capitale saoudienne Riyad. (AFP Photo/Fayez Nureldine)
Le ministre des Affaires étrangères omanais Yussef bin Alawi arrive pour assister à la 136e réunion ordinaire du Conseil de coopération du Golfe (CCG), le 15 septembre 2015, dans la capitale saoudienne Riyad. (AFP Photo/Fayez Nureldine)

Le sultanat d’Oman a annoncé mercredi son intention d’ouvrir une « ambassade » dans les Territoires palestiniens, en pleine conférence sur le volet économique du plan de paix américain.

L’annonce a été faite par le ministère omanais des Affaires étrangères qui précise dans un communiqué qu’une mission allait se rendre à Ramallah (Cisjordanie), siège de l’Autorité palestinienne, pour préparer l’ouverture de cette mission diplomatique.

« En soutien au peuple palestinien, le sultanat d’Oman a décidé d’ouvrir une mission diplomatique avec rang d’ambassade dans l’Etat de Palestine », a indiqué le ministère dans son communiqué mis en ligne sur Twitter.

Oman sera ainsi le premier pays arabe du Golfe à avoir une ambassade à Ramallah.

Le sultanat a boudé la conférence organisée à Bahreïn sur le volet économique du plan de paix américain par Jared Kushner, conseiller et gendre du président Donald Trump.

Paradoxalement, le sultanat d’Oman paraissait jusqu’ici parmi les rares pays à avoir des contacts avec Israël.

Le sultan Qabous d’Oman a reçu en octobre 2018 à Mascate le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) s’entretient avec le sultan Qaboos bin Said à Oman, le 26 octobre 2018. (Publié avec autorisation)

En février de la même année, Youssef ben Alaoui Abdallah, ministre omanais en charge des Affaires étrangères a été l’un des rares responsables arabes à se rendre au mont du Temple, premier lieu saint juif et troisième lieu saint de l’islam.

A Ramallah, la conseillère du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, Hanan Ashrawi, a prudemment salué l’annonce omanaise.

« Nous saluons l’ouverture d’ambassades par ceux qui reconnaissent la Palestine en tant qu’Etat », a-t-elle dit à des journalistes. Mais « si cela doit avoir un prix politique, cela aura des ramifications ».

Si l’ouverture de cette ambassade a pour corollaire une reconnaissance d’Israël par le sultanat, « ce sera totalement inacceptable », a-t-elle dit. « L’initiative de paix arabe stipule très clairement qu’il ne peut pas y avoir de reconnaissance d’Israël tant qu’il ne s’est pas retiré des Territoires occupés. Nous escomptons que l’ambassade d’Oman serve uniquement les Palestiniens ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : [email protected]
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à [email protected].
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.