ONU : vote contre le plan de paix reporté ; les Palestiniens n’y renoncent pas
Rechercher

ONU : vote contre le plan de paix reporté ; les Palestiniens n’y renoncent pas

Les responsables de l'AP nient que le manque de soutien ait condamné la motion du Conseil de sécurité prévue pour mardi, tout en admettant qu'elle n'est pas prête à être votée

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s'adresse à la 74e session de l'Assemblée générale des Nations unies, le 26 septembre 2019. (AP Photo/Richard Drew)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s'adresse à la 74e session de l'Assemblée générale des Nations unies, le 26 septembre 2019. (AP Photo/Richard Drew)

Initialement prévue de mardi, la tentative des Palestiniens de faire voter au Conseil de sécurité des Nations unies une résolution rejetant le plan de paix américain au Moyen-Orient a été retardée, comme l’ont indiqué de nombreuses informations lundi dont le Times of Israël d’après une dépêche de l’AFP, l’avenir de la motion semblant être remis en question.

Des diplomates ont déclaré à l’AFP lundi après-midi que les Palestiniens avaient renoncé à leur demande de vote en raison du manque de soutien international. Introduite par l’Indonésie et la Tunisie, la résolution risquait de ne pas disposer des neuf voix sur 15 en sa faveur, le minimum requis pour son adoption, à condition qu’il n’y ait pas de veto d’un membre permanent, ont expliqué les diplomates à l’AFP.

Le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine, Saeb Erekat, a rapidement nié que la motion avait été mise en suspens, insistant sur le fait que les informations étaient fausses, bien qu’il ait indiqué qu’elle n’était pas encore prête pour un vote.

« Les informations selon lesquelles la résolution promue par le groupe arabe et le mouvement des non-alignés a été retirée ne sont pas fondées. Le projet de résolution a été distribué. Nous poursuivons le processus de consultation avec différents pays d’une manière qui ne contredit pas les principes. Nous souhaitons souligner que le projet de résolution n’est pas encore finalisé, ni prêt à être voté », a-t-il écrit sur Twitter.

Hussein al-Sheikh, haut fonctionnaire de l’AP, a tweeté : « Les rumeurs concernant le projet de résolution destiné à être présenté au Conseil de sécurité font partie d’une guerre féroce menée contre les dirigeants palestiniens. Nous affirmons que les consultations se poursuivent malgré la guerre des Américains et les pressions qu’ils exercent sur le monde entier pour que le projet de résolution ne soit pas adopté ».

Le président américain Donald Trump (à gauche) et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à droite) participent à l’annonce du plan de paix au Moyen-Orient de Trump dans la salle Est de la Maison Blanche à Washington, DC le 28 janvier 2020. (Photo de MANDEL NGAN / AFP)

De nombreux médias israéliens et palestiniens, citant des sources proches des dirigeants de l’Autorité palestinienne, ont indiqué que le vote n’aurait pas lieu mardi, que ce soit en raison d’intenses pressions diplomatiques, d’un manque de soutien ou du rejet par les Palestiniens d’une version édulcorée de la résolution.

L’agence de presse palestinienne Maan a rapporté, citant une source bien informée, « Nous ne reculons pas devant la proposition d’une résolution, mais lorsque nous sommes arrivés à New York, il nous est apparu clairement que nous devions encore consulter les États-membres qui n’ont pas encore décidé de leur position ».

Les responsables israéliens ont fait savoir au Times of Israel que le vote était actuellement reporté, et non pas annulé, et qu’il pourrait revenir à l’ordre du jour à tout moment.

L’ambassadeur d’Israël auprès des Nations unies, Danny Danon, a déclaré : « La position israélienne a toujours été très claire : la seule façon de promouvoir la paix est de négocier, et non de condamner aux Nations unies. Je remercie les pays qui ont contribué à mettre un terme aux actions inutiles d’Abbas ».

Plus tôt dans la journée de lundi, Ahmad Majdalani, membre du comité exécutif de l’OLP, a indiqué au Times of Israel que le dernier projet de résolution était « inacceptable ».

Un responsable palestinien, qui s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat, a qualifié le dernier projet de « dilué » et de « faible », ainsi que d’absence « du langage nécessaire pour dissuader Israël de prendre des mesures unilatérales illégales visant à détruire la solution à deux États ».

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas doit tenir une conférence de presse à New York mardi avec l’ancien Premier ministre israélien Ehud Olmert à 17 heures (heure d’Israël).

L’information selon laquelle les Palestiniens pourraient retirer la résolution est tombée un jour après que des médias ont fait état de leur tentative d’assouplir le texte pour obtenir un plus grand soutien au Conseil de sécurité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...