Israël en guerre - Jour 139

Rechercher

Ouverture du procès de l’auteur de la pire attaque antisémite aux Etats-Unis

Le président d'alors Donald Trump, avait réclamé la peine de mort pour Robert Bowers, une demande suivie par le ministère de la Justice et confirmée après l'élection de Biden

Une étoile de David suspendue à une clôture à l'extérieur de la synagogue Tree of Life dans le quartier de Squirrel Hill, à Pittsburgh, le 26 octobre 2022. (Crédit : Gene J. Puskar/AP)
Une étoile de David suspendue à une clôture à l'extérieur de la synagogue Tree of Life dans le quartier de Squirrel Hill, à Pittsburgh, le 26 octobre 2022. (Crédit : Gene J. Puskar/AP)

Le procès de l’auteur présumé d’une attaque contre une synagogue de Pittsburgh, la plus meurtrière contre des juifs dans l’histoire des Etats-Unis et pour laquelle il encourt la peine de mort, s’est ouvert lundi en pleine poussée d’actes antisémites dans ce pays.

Les débats devant le tribunal fédéral de Pennsylvanie (nord-est) ne commenceront qu’une fois sélectionné un jury qui devra juger Robert Bowers, 50 ans, pour 63 chefs d’accusation.

Ce routier blanc, qui plaide non coupable, est accusé d’avoir perpétré ces assassinats aggravés par la qualification d’acte antisémite.

Avant cela, il avait posté des messages racistes, antisémites et hostiles aux étrangers immigrés sur un réseau social d’extrême droite.

Le président d’alors, le républicain Donald Trump, avait réclamé publiquement la peine de mort pour M. Bowers, une demande suivie par le ministère de la Justice et confirmée après l’élection du président démocrate Joe Biden.

Trois ans après l’engagement de campagne de M. Biden d’abolir la peine de mort à l’échelon national, ce procès va raviver aux Etats-Unis les débats autour de ce châtiment suprême encore pratiqué dans nombre d’Etats américains.

« Haine » des Juifs 

Dès 2019, le procureur fédéral de Pittsburgh avait indiqué qu’il requerrait la peine fédérale pour Robert Bowers, citant son « absence de remords » et « sa haine et son mépris » pour les juifs.

Photo du permis de conduire de Robert Bowers, meurtrier présumé de la synagogue de Pittsburgh. (DOT de Pennsylvanie)

Le 27 octobre 2018, il avait fait irruption dans la synagogue « Tree of Life » de Pittsburgh, armé de trois pistolets et d’un fusil d’assaut semi-automatique.

Il avait ouvert le feu et tué 11 personnes, dont une fidèle de 97 ans, en pleine cérémonie de shabbat dans un quartier juif historique de Pittsburgh, commettant l’attaque la plus sanglante contre des juifs aux Etats-Unis.

Ce pays compte le plus de juifs au monde après Israël.

Il y avait en 2020, selon l’institut Pew Research Center, quelque 5,8 millions de juifs adultes aux Etats-Unis, qu’ils soient religieux ou pas, auxquels s’ajoutent 2,8 millions de personnes adultes qui revendiquent un parent juif.

Ce procès, dont la sélection des jurés pourrait prendre des semaines, s’ouvre dans un contexte de poussée d’actes racistes et antisémites aux Etats-Unis, au plus haut depuis 30 ans, d’après des statistiques de la police fédérale, le FBI, citées lundi par le Washington Post.

D’après l’organisation américaine de lutte contre l’antisémitisme Anti Defamation League (ADL), ce pays avait connu en 2021 un nombre record de 2 717 actes antisémites (agressions, attaques verbales, dégradations matérielles…), soit une augmentation de 34 % sur un an.

Près de 3 700 actes antisémites

Des antisémites devant une banderole sur l’autoroute de Los Angeles déclarant « Kanye a raison au sujet des Juifs » (Oren Segal, via Twitter / utilisé conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

En 2022, cette association a dénombré 3 697 actes antisémites (+36 % sur un an), du jamais vu depuis 1979, selon le Washington Post.

Et l’an dernier, d’après l’American Jewish Committee (AJC) l’an dernier – l’une des plus anciennes organisations américaines de défense de la cause juive – « 39 % des juifs américains ont changé leur comportement par crainte de subir de l’antisémitisme, y compris en prenant des mesures pour occulter leur identité juive », tandis que « 24 % ont rapporté avoir été la cible d’antisémitisme ».

Les autorités fédérales américaines ont fait de la lutte contre l’antisémitisme un cheval de bataille.

Doug Emhoff, époux de la vice-présidente américaine Kamala Harris, et juif, avait appelé en décembre à combattre une « épidémie de haine » aux Etats-Unis.

Le second gentleman Douglas Emhoff préside une table ronde sur la montée de l’antisémitisme dans la salle du Traité Indien au Eisenhower Executive Office Building le 07 décembre 2022 à Washington, DC. (Crédit : AP Photo/Patrick Semansky)

En novembre, le FBI avait lancé des alertes concernant des menaces visant des synagogues dans l’Etat du New Jersey, près de New York

Un Britannique avait pris en otage quatre personnes dans une synagogue du Texas avant d’être tué lors de l’assaut de la police en janvier 2022.

Et six mois après l’attaque de Pittsburgh, en avril 2019, un jeune se revendiquant antisémite avait abattu une femme et blessé trois personnes dans une synagogue de Californie.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.