Palestiniens : Sissi a presque réconcilié le Hamas et le Fatah
Rechercher

Palestiniens : Sissi a presque réconcilié le Hamas et le Fatah

Le président égyptien a négocié un accord, qu'Abbas avait accepté avant de se rétracter pour proposer une autre offre directement au groupe terroriste gazaoui

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas rencontre Khaled Meshaal, alors dirigeant du Hamas, au Caire, en février 2012. (Crédit : Mohammed al-Hums/Flash90)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas rencontre Khaled Meshaal, alors dirigeant du Hamas, au Caire, en février 2012. (Crédit : Mohammed al-Hums/Flash90)

Le Hamas a accepté le mois dernier un accord de réconciliation avec le parti du Fatah, à la tête de l’Autorité palestinienne (AP). Cet accord a été négocié par le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi, mais l’initiative a été suivie d’une contre-offre par le président de l’AP Mahmoud Abbas, selon des médias arabes.

Sissi a présenté à Abbas un accord lorsque les deux dirigeants se sont rencontrés en juillet au Caire, alors que les tensions augmentaient entre le groupe terroriste du Hamas et son rival basé en Cisjordanie, le Fatah.

L’accord exige que le Hamas dissolve le comité qu’il avait formé pour s’occuper des tâches généralement menées par l’AP, qu’Abbas s’engage à mettre un terme aux sanctions très dures qu’il avait imposées à Gaza au cours des derniers mois. Ces mesures incluaient des réductions de l’approvisionnement en électricité, de l’aide médicale et des paiements gouvernementaux pour les Gazaouis.

Des sources palestiniennes anonymes ont déclaré au quotidien al-Hayat basé à Londres qu’Abbas avait, à l’origine, accepté l’offre de Sissi, mais s’était rapidement rétracté et avait donné l’instruction à son ministre des Renseignements, Majid Faraj, de présenter une contre-offre au Hamas.

Safa, un site d’information gazaoui, a également cité des responsables palestiniens anonymes qui ont confirmé l’information.

Le Hamas a répondu à l’offre de Faraj en annonçant publiquement ses propres exigences pour un accord de réconciliation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...