Israël en guerre - Jour 257

Rechercher

Pantin : Un rabbin, un imam et un prêtre plaident le « respect mutuel » devant des élèves

"Vu de la Chine, Juifs, chrétiens et musulmans appartiennent à la même famille !", ont expliqué les trois chefs religieux lors d'une initiative décidée après le 7 octobre

Illustration : Le collège Irène Frédéric Joliot Curie, à Pantin, en banlieue parisienne, le 26 avril 2021. (Crédit : Commons Wikipedia)
Illustration : Le collège Irène Frédéric Joliot Curie, à Pantin, en banlieue parisienne, le 26 avril 2021. (Crédit : Commons Wikipedia)

« Vu de la Chine, Juifs, chrétiens et musulmans appartiennent à la même famille ! », ont répondu jeudi un rabbin, un prêtre et un imam  aux interrogations, parfois pointues, d’élèves de Pantin, prônant « un climat de respect mutuel ».

« Pourquoi les Juifs portent la kippa ? Qui a écrit les textes religieux ? Quel est le point commun entre les trois religions ? »

Tour à tour, écoliers, collégiens et lycéens du groupe Saint-Joseph La Salle développent leurs questions devant le père Michel Bernard, le rabbin Moché Lewin et l’imam Mohammed Azizi.

L’initiative a été décidée par l’établissement après le 7 octobre, date de l’assaut barbare et sadique du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël, et qui a fait « surgir des problématiques », témoigne le chef d’établissement, Nicolas Groult. Pas de « gros incident », mais « cela peut être une petite fille qui pleure parce que sa grand-mère est à Tel Aviv, et un petit garçon répond ‘oui mais moi j’aime pas Israël' », ajoute-t-il.

La rencontre, préparée dans les classes depuis le printemps, semble naturelle dans cet établissement privé, fondé en 1878 par les Frères des Écoles Chrétiennes, et qui compte aujourd’hui une moitié d’enfants musulmans parmi ses 1 200 élèves : « Ici il n’y a pas le tabou de la religion », affirme Groult, qui note toutefois que les élèves « ont une connaissance souvent circonscrite à leur seule religion, ou à celle de leurs parents ».

Aussi une partie des questions tourne-t-elle autour de sujets cultuels.

Qu’est-ce qu’un animal casher ? « Celui qui rumine et a les sabots fendus », explique Lewin, le Grand Rabbin du Raincy et conseiller spécial du Grand Rabbin de France. À quoi ressemble Dieu ? « Il est invisible, il nous teste », assure Azizi, aumônier national musulman des hôpitaux.

« Jeter des ponts »

Mais les trois religieux insistent surtout sur ce qui les rassemble. « Un ami prêtre me faisait remarquer que vu de la Chine, Juifs, chrétiens et musulmans appartiennent à la même famille, celle des gens qui croient en un seul Dieu, et un Dieu qui s’adresse aux hommes. C’est un point commun important », explique Bernard, prêtre à Saint-Germain de Pantin.

« Les valeurs de l’islam sont à peu près les mêmes que celles du judaïsme et de la chrétienté », assure Azizi, venu « faire passer le message qu’il y a toujours des gens de bonne volonté pour jeter des ponts ».

« C’est plus nécessaire que jamais après le 7 octobre », ajoute-t-il, inquiet de voir que « les jeunes ne parlent que de ça » en étant convaincus « qu’il n’y aura jamais de dialogue possible entre Juifs et musulmans ».

Devant les adolescents, Lewin met en garde contre les prédicateurs sur internet, et les algorithmes « qui vous entraînent là où vous voulez penser ».

Face à une actualité sombre, il prône la concorde. « Il y a la guerre aujourd’hui en Israël et [groupe terroriste palestinien du Hamas] à Gaza, ça n’a pas touché notre amitié car on reste dans le côté religieux » et « ce ne sont pas des moments politiques de guerre qui doivent être importés ici pour diviser et déchirer », ajoute-t-il.

Les intervenants sont rodés à ce genre d’initiatives : Azizi a lancé en 2005 un « bus de l’amitié judéo-musulmane » avec le rabbin Michel Serfaty, tandis que Lewin est plusieurs fois intervenu devant des élèves.

L’établissement Saint-Joseph La Salle compte pérenniser une fois par an cette initiative. Mais il faudrait aussi, pour Lewin, en organiser dans des écoles publiques.

« La laïcité est justement ce qui permet un dialogue fécond entre les religions », affirme le rabbin, rappelant « qu’aujourd’hui, dans une société clivée avec une hausse de l’antisémitisme, il y a une plus grande urgence ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.