Pape François Ier : « N’oubliez jamais la Shoah »
Rechercher

Pape François Ier : « N’oubliez jamais la Shoah »

Le souverain pontife a déclaré que la mémoire de la Shoah doit servir d'avertissement aux catholiques et encourager la réconciliation avec leurs "aînés" juifs

Le pape François en train de prier au mur Occidental (Crédit : Kobi Gideon/GPO/Flash90)
Le pape François en train de prier au mur Occidental (Crédit : Kobi Gideon/GPO/Flash90)

Le pape François a appelé ses émissaires et ses fidèles à ne jamais oublier la Shoah.

« La mémoire de la Shoah et ses atrocités ne doivent jamais être oubliées », a déclaré le pape, en utilisant le terme hébraïque désignant l’Holocauste, dans un message retransmis par le secrétaire d’Etat du Vatican, à l’occasion du 40e anniversaire du Chemin néocatéchuménal.

« Elle doit servir d’avertissement constant pour nous tous, d’obligation à la réconciliation, à la compréhension mutuelle et à l’amour envers « nos frères aînés » les Juifs. »

Le Chemin néocatéchuménal est l’un des mouvements les plus grands et les plus controversés de l’Eglise catholique. Ce mouvement a été fondé en Espagne dans les années 1960. Il vise à enseigner aux adultes catholiques la foi et à envoyer chaque année des familles en mission autour du monde. Les missionnaires – leur nombre est estimé à un million – sont accusés d’insensibilité culturelle.

Parmi les évènements du week-end, l’Orchestre philharmonique de Berlin a rendu hommage aux victimes de la Shoah avec une célébration symphonique-catéchétique. « La Souffrance des Innocents » a été composée par Kiko Argüello, le cofondateur du Chemin néocatéchuménal.

« Ancré et inspiré par les lamentations bibliques, cette symphonie commémore les nombreuses victimes de la Shoah », indique le message du pape transmis par le Cardinal Pietro Parolin à l’archevêque de Berlin Heiner Koch, qui a été lu à voix haute pendant l’évènement.

Le pape François, ancien cardinal de Buenos Aires, a qualifié la Shoah d’ « enfer » dans un livre traitant des expériences médicales menées par les nazis.

« L’arrogance humaine lors de la Shoah était l’action de personnes qui se prenaient pour des dieux, et montre la dimension aberrante dans laquelle nous pouvons sombrer si nous oublions d’où nous venons et où nous allons », a écrit le pape.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...