Pas de hausse des cas de COVID dans les hôpitaux, selon leurs directeurs
Rechercher

Pas de hausse des cas de COVID dans les hôpitaux, selon leurs directeurs

Pour la directrice de l'hôpital Wolfson de Holon, Anat Engel, le nombre de cas en hausse reflète les épidémies locales ; la vaccination a de l'effet, soulignent les administrateurs

Image d'illustration : Une salle de coronavirus au centre médical Rambam de Haïfa, au plus fort de la crise du COVID. (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)
Image d'illustration : Une salle de coronavirus au centre médical Rambam de Haïfa, au plus fort de la crise du COVID. (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)

Certains administrateurs d’hôpitaux ont fait savoir, dimanche, que le pays ne semblait pas sur le point de connaître une reprise épidémique majeure sur le front du coronavirus dans un contexte de recrudescence du nombre de cas, notant le chiffre faible des hospitalisations pour cause de COVID-19 et le taux élevé de la vaccination dans le pays.

« Je pense que la probabilité d’une vague significative de la maladie est faible grâce au taux de vaccination au sein de la population », a commenté le docteur Michael Halbertal, à la tête de l’hôpital Rambam de Haïfa, devant les caméras de la Douzième chaîne.

Halbertal a dit soutenir l’obligation du port du masque à l’intérieur et un renforcement du contrôle des mises en quatorzaine, tout en faisant preuve de prudence face à la perspective de nouvelles restrictions qui pourraient être appliquées aux entreprises.

« Si nous appliquons des règles de rigueur de manière disproportionnée, nous pourrions nuire à la confiance que nous portent les Israéliens et connaître une situation où la coopération du public serait absente. Les décisions doivent être prises conformément aux données dont nous disposons et il faut éviter l’hystérie. Aujourd’hui, le nombre de malades graves dont le cas nécessite une hospitalisation n’est pas encore très élevé », a-t-il continué.

La directrice de l’hôpital Wolfson de Holon, Anat Engel, a dit à la chaîne qu’elle pensait que le nombre de cas en hausse reflétait les épidémies locales. Elle a fait remarquer qu’un seul malade du coronavirus se trouvait dans un état grave dans son établissement – et que ce dernier ne s’était pas fait vacciner.

« A ce stade, il semble qu’il n’y a que des épidémies locales ou dans des communautés précises, avec une morbidité asymptomatique ou des symptômes légers chez les adultes », a-t-elle affirmé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...