Pas de morts ni de blessés israéliens au cours des 126 attaques du mois d’avril
Rechercher

Pas de morts ni de blessés israéliens au cours des 126 attaques du mois d’avril

Selon le Shin Bet, les 126 attaques n'incluent pas le conflit meurtrier à Gaza qui a fait quatre morts du côté israélien

Photo d'illustration : Les forces de sécurité israéliennes sur les lieux d'une tentative d'attentat au couteau au checkpoint de Hawara, au sud de Naplouse, en Cisjordanie, le 3 avril 2019 (Crédit :  Nasser Ishtayeh/Flash90)
Photo d'illustration : Les forces de sécurité israéliennes sur les lieux d'une tentative d'attentat au couteau au checkpoint de Hawara, au sud de Naplouse, en Cisjordanie, le 3 avril 2019 (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Pour la première fois depuis plus d’un an, aucun Israélien n’a été tué ou blessé lors d’attentats au cours du mois d’avril, a fait savoir le Shin Bet dans son dernier rapport mensuel.

Les 126 attaques répertoriées au mois d’avril représentent également moins de la moitié du chiffre qui avait été enregistré en mars. L’agence de sécurité avait alors fait état de 306 attaques.

La dernière fois qu’aucun mort et qu’aucun blessé n’avait été signalé sur l’espace d’un mois remonte à décembre 2017.

Parmi les attentats inclus dans le rapport, les fusillades, les tirs de roquettes émanant de Gaza, les grenades, les bombes artisanales, les cocktails Molotov et autres explosifs. Les chiffres sont enregistrés par régions, divisées comme suit : Cisjordanie, Jérusalem, bande de Gaza/péninsule du Sinaï et intérieur de la Ligne verte. Le Shin Bet ne précise pas si les attentats ont visé des civils ou des soldats.

Une explosion vue depuis la ville de Rafah dans le sud de la bande de Gaza après une frappe aérienne des forces israéliennes en riposte aux attaques à la roquette des groupes terroristes palestiniens de l’enclave côtière, le 20 juin 2018 (Crédit : Said Khatib/AFP)

Plus grand changement à noter au mois d’avril en comparaison avec le mois de mars, le nombre d’attaques dans la région de Gaza. Au mois de mars, les terroristes palestiniens avaient lancé des centaines de roquettes en Israël durant une escalade meurtrière entre les deux parties en amont du premier anniversaire du mouvement de protestation dit de la « marche du retour », le 31 mars.

Le Shin Bet a précisé que le nombre de roquettes et de tirs de mortier enregistrés se référait au nombre de lancements et non au chiffre de projectiles envoyés au total en direction d’Israël.

Malgré la baisse du mois d’avril – qui, cette année, a inclus les élections pour la Knesset et la fête de Pessah – quatre Israéliens ont été tués en mai par des tirs de roquettes envoyés depuis Gaza au cours d’une autre flambée majeure de violences entre l’Etat juif et les groupes terroristes du Hamas et du Jihad palestinien.

Mercredi, environ 10 000 Palestiniens ont manifesté sur la frontière avec Gaza à l’occasion de la journée de la Nakba. Les émeutiers ont brûlé des pneus, jeté des pierres, déclenché des explosifs et envoyé des ballons transportant des dispositifs incendiaires en Israël, qui ont été à l’origine d’au moins neuf départs de feu.

Israël a riposté à l’aide d’outils de dispersion d’émeutes. Selon le ministère de la Santé de Gaza, entre les mains du Hamas, 65 Palestiniens ont été blessés à des degrés variés le long de la frontière pendant toute la journée, dont un grièvement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...