Pays-Bas: prison après avoir laissé une fausse bombe devant un restaurant casher
Rechercher

Pays-Bas: prison après avoir laissé une fausse bombe devant un restaurant casher

Les propriétaires fustigent une peine "très légère" après que le restaurant HaCarmel d'Amsterdam a été vandalisé à plusieurs reprises par des musulmans

Une vitrine brisée et une pierre sur le trottoir alors qu'un drapeau israélien flotte sur la devanture du restaurant casher HaCarmel à Amsterdam, Pays-Bas, le vendredi 8 mai 2020, après qu'un homme a brisé la vitre. Le propriétaire, David Bar-On, a déclaré que son restaurant a été vandalisé pour la sixième fois dans ce qui semble être une nouvelle attaque antisémite. (AP Photo/Peter Dejong)
Une vitrine brisée et une pierre sur le trottoir alors qu'un drapeau israélien flotte sur la devanture du restaurant casher HaCarmel à Amsterdam, Pays-Bas, le vendredi 8 mai 2020, après qu'un homme a brisé la vitre. Le propriétaire, David Bar-On, a déclaré que son restaurant a été vandalisé pour la sixième fois dans ce qui semble être une nouvelle attaque antisémite. (AP Photo/Peter Dejong)

AMSTERDAM (JTA) – Un homme de 46 ans qui avait placé une fausse bombe devant un restaurant casher de la capitale néerlandaise a été condamné mercredi à une peine de huit mois de prison.

Le tribunal pénal d’Amsterdam a également condamné l’homme, identifié dans les médias comme étant Hassan N, né au Maroc, à une peine de quatre mois supplémentaires avec sursis.

En janvier, il avait placé devant le restaurant HaCarmel une boîte en carton sans explosifs et portant le logo de la marque de bière Heineken. La boîte était munie de fils de fixation en ruban-cache et d’un interrupteur électrique noir sur le dessus.

Il a été retrouvé grâce aux traces ADN laissées sur les films et aux images de vidéosurveillance, a rapporté l’hebdomadaire juif local NIW.

La fausse bombe découverte devant le restaurant casher HaCarmel d’Amsterdam, le 15 janvier 2020. (Crédit : Federatief Joods Nederland via JTA)

Hassan N. avait déjà été condamné pour avoir insulté un travailleur de la compagnie nationale des chemins de fer, NS, en le traitant de « juif cancéreux ».

Herman Loonstein, l’avocat représentant les propriétaires du restaurant, la famille Bar-On, a déclaré au NIW que la peine était « très légère » et n’empêcherait pas la répétition de tels actes.

En 2017, un homme de 29 ans brandissant un drapeau palestinien avait brisé les vitres du restaurant HaCarmel avec une massue en bois, volant un drapeau israélien qui y était accroché. Un demandeur d’asile syrien a été reconnu coupable de ce vandalisme après 52 jours de prison en attendant son procès, mais a été libéré sans peine supplémentaire.

Le jugement rendu contre lui ne contenait pas de référence à un crime de haine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...