Pendant que les roquettes pleuvaient, 21 bébés ont vu le jour à Ashkelon
Rechercher

Pendant que les roquettes pleuvaient, 21 bébés ont vu le jour à Ashkelon

Le taux de natalité a considérablement augmenté au centre médical Barzilai pendant l'escalade militaire, l'anxiété des mères ayant visiblement favorisé les naissances prématurées

Une infirmière s'occupe d'un nourrisson dans un abri de l'hôpital Barzilai alors qu'une sirène retentit, avertissant de l'arrivée possible de roquettes à Ashkelon, le 15 novembre 2012. (Crédit : Uri Lenz/Flash90)
Une infirmière s'occupe d'un nourrisson dans un abri de l'hôpital Barzilai alors qu'une sirène retentit, avertissant de l'arrivée possible de roquettes à Ashkelon, le 15 novembre 2012. (Crédit : Uri Lenz/Flash90)

Alors que le chaos s’abattait cette semaine sur le sud d’Israël et que plus de 450 roquettes et obus de mortiers ont été tirés par des terroristes gazaouïs sur des villes et localités de la région, de nouvelles vies ont vu le jour dans un hôpital de la ville d’Ashkelon, située en première ligne du conflit.

Au cours d’une période de 36 heures, le taux de natalité est monté en flèche au centre médical Barzilai, 21 bébés étant nés entre mardi matin et mercredi soir, a rapporté le site d’information Ynet jeudi. Le nombre moyen de naissances dans ce laps de temps se situe habituellement entre 12 et 14 nouveaux-nés.

Ilana Polet, l’infirmière en charge du service de maternité, explique que cette hausse était due à la tension ressentie par les mères enceintes lorsqu’elles entendaient les sirènes avertissant de l’arrivée de roquettes et se sont précipitées vers des abris à plusieurs reprises.

« J’ai l’habitude des sirènes, mais pas pendant que je suis en train d’accoucher », raconte Revital Kalif, 30 ans, qui a accueilli son deuxième enfant mardi après-midi, plusieurs heures après le début de l’escalade déclenchée par l’élimination d’un leader terroriste palestinien.

These women all just gave birth in the Barzilai Hospital in Ashkelon (Southern Israel) under the barrage of rockets….

פורסם על ידי ‏‎Sara Esther Matz Crispe‎‏ ב- יום חמישי, 14 בנובמבר 2019

« Ce n’est pas une expérience plaisante du tout. J’ai laissé un jeune enfant et une mère amputée chez moi, et nous n’avons pas d’abri anti-bombes chez nous. Les gens ont peur de venir me voir — la famille, les amis et les collègues. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...