Pénurie de main-d’oeuvre: Des milliers de professionnels de la santé en grève
Rechercher

Pénurie de main-d’oeuvre: Des milliers de professionnels de la santé en grève

Les physiothérapeutes, les diététistes, les orthophonistes, les ergothérapeutes se disent surchargés de travail et incapables de répondre à la demande

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Illustration: Personnel médical au Centre Médical Shaare Zedek de Jérusalem, le 2 mars 2016. (Yonatan Sindel / Flash90)
Illustration: Personnel médical au Centre Médical Shaare Zedek de Jérusalem, le 2 mars 2016. (Yonatan Sindel / Flash90)

Quelque 5 000 physiothérapeutes, diététiciens, orthophonistes, ergothérapeutes et autres professionnels de la santé ont entamé une grève du travail dimanche matin pour protester contre la pénurie de main-d’œuvre dans leurs secteurs.

La grève ouverte a été annoncée par la fédération syndicale de la Histadrout la semaine dernière, après que les professionnels de la santé ont affirmé qu’ils étaient dépassés et incapables de fournir des services adéquats aux patients.

« Les professionnels de la santé sont aujourd’hui dans une situation impossible qui les confronte non seulement à une charge de travail exceptionnelle et à des conditions d’emploi abusives, mais aussi à de graves dilemmes éthiques et moraux », a déclaré Eli Gabay, responsable du Syndicat des professionnels de la santé de la Histadrout.

« Jusqu’à présent, nous avons tout fait pour éviter les étapes industrielles mais cela ne peut plus durer, le système est sur le point de s’effondrer. »

Parmi les grévistes, il y a des employés concernés du ministère de la Santé, des organisations de santé Clalit et Meuhedet (équivalents d’une mutuelle en France), du centre médical Hadassah, du centre médical Shaare Zedek et d’autres cliniques et hôpitaux du pays.

Le ministère des Finances a déclaré dans un communiqué qu’il avait proposé d’examiner la question et a demandé un délai de six semaines afin de recueillir des données précises sur la main-d’œuvre, a rapporté jeudi le site Internet israélien Ynet.

« Nous pensons que la proposition qui a été faite est juste et ne justifie pas de prendre des mesures syndicales portant préjudice au public ayant besoin de services médicaux. »

En janvier, la Histadrout avait parlé d’un conflit sur ce sujet et a déclaré que, depuis lors, il n’y a eu aucun progrès sérieux réalisé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...