Pétrolier iranien saisi : une ONG israélienne exige sa vente
Rechercher

Pétrolier iranien saisi : une ONG israélienne exige sa vente

La vente du pétrolier iranien, saisi au large du territoire britannique de Gibraltar, a été réclamée dans le but d'indemniser les parents d'un nourrisson tué par le Hamas

Le supertanker Grace 1 iranien, au large de Gibraltar, arraisonné le 4 juillet 2019 par les autorités britanniques. (Crédit photo : JORGE GUERRERO / AFP)
Le supertanker Grace 1 iranien, au large de Gibraltar, arraisonné le 4 juillet 2019 par les autorités britanniques. (Crédit photo : JORGE GUERRERO / AFP)

Une ONG israélienne a demandé mardi à la Cour suprême de Gibraltar de vendre un pétrolier iranien saisi au large de ce territoire britannique, dans le but d’indemniser les parents d’un nourrisson tué par le Hamas, mouvement islamiste soutenu par l’Iran.

Le tanker iranien Grace I a été arraisonné le 4 juillet, soupçonné par les autorités de Gibraltar de livrer du pétrole à la Syrie, en violation des sanctions européennes contre le régime de Bachar al-Assad.

En pleines tensions avec les Occidentaux sur le dossier nucléaire, Téhéran a démenti et dénoncé un acte de piraterie. Le bâtiment est immobilisé sur ordre de la justice de Gibraltar jusqu’au 19 juillet.

L’ONG israélienne Shurat HaDin, qui se donne pour mission de défendre les victimes juives du « terrorisme », a annoncé déposer une requête mardi auprès de la Cour suprême de Gibraltar pour exiger la vente du tanker, long de 330 mètres et capable de contenir 2,1 millions de barils de brut.

Si la justice donne son feu vert à la vente du navire iranien, l’ONG souhaite utiliser cet argent pour « indemniser » la famille d’un nourrisson américain de 3 mois, tué en 2014 lors d’une attaque imputée au Hamas à Jérusalem.

En 2017, Shurat HaDin avait obtenu d’un tribunal américain que l’Iran et la Syrie, pays accusés de soutenir le Hamas, versent 178,5 millions de dollars, soit 159 millions d’euros à la famille de ce bébé, selon des déclarations à l’AFP de la fondatrice de l’ONG, Nitzana Darshan-Leitner.

L’éventuelle vente de ce tanker ne représenterait qu’une part infime de la somme réclamée, a ajouté Mme Darshan-Leitner, qui espère ouvrir ainsi la voie à la vente d’autres biens iraniens saisis.

Samedi, le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt a déclaré que le tanker Grace I sera rendu si l’Iran apporte des « garanties sur sa destination ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...