Rechercher

Philippines : Des Israéliens appellent à l’aide après le passage du super-typhon Rai

Huit Israéliens se trouveraient sur l'île dévastée de Siargao ; Saar Geva, entrepreneur, a lancé une collecte de fonds suite au typhon, qui a fait au moins 375 morts dans le pays

Des habitations détruites après le passage du super-typhon Rai, dans la ville de Surigao, dans la province de Surigao del Norte, aux Philippines, le 17 décembre 2021. (Crédit : Mascarinas / AFP)
Des habitations détruites après le passage du super-typhon Rai, dans la ville de Surigao, dans la province de Surigao del Norte, aux Philippines, le 17 décembre 2021. (Crédit : Mascarinas / AFP)

Au moins 375 personnes ont été tuées aux Philippines lors du passage du typhon Rai (nommée Odette localement), le plus puissant à frapper le pays cette année, a annoncé lundi la police nationale, alors que les secours tentent de fournir eau et nourriture aux îles dévastées.

Le cyclone, accompagné de vents ayant atteint 195 km/h, a traversé le centre et le sud des Philippines jeudi et vendredi, faisant s’envoler des toits, arrachant des poteaux électriques et coupant les communications, avant de s’éloigner samedi en mer de Chine méridionale.

Des photos aériennes rendues publiques par l’armée ont montré des dégâts considérables dans les régions sinistrées. Quelque 380 000 personnes ont dû fuir leurs domiciles.

Le gouverneur de l’île touristique de Bohol (centre), Arthur Yap, a annoncé que 80 personnes avaient péri dans sa province, selon les données communiquées par les maires.

Francisco Matugas, gouverneur de Surigao del Norte, a lui annoncé dimanche au moins quinze morts sur l’île de Siargao, dans le sud-est du pays, où se trouveraient huit Israéliens.

Dans les îles Dinagat, le responsable chargé de la presse pour la province, Jeffrey Crisostomo, a annoncé à l’AFP dix autres morts.

#OdettePH aftermath in Bohol! ????????#PrayForVisayas

Posted by Berdeng Agila on Thursday, December 16, 2021

Le décompte actuel porte ainsi le nombre de décès déclarés à 375, selon les derniers chiffres officiels, ce qui fait de Rai un des typhons les plus meurtriers de ces dernières années aux Philippines.

Au moins 500 personnes ont été blessées et 56 sont portées disparues dans les régions méridionales et centrales de l’archipel, a ajouté la police nationale.

Le bilan pourrait s’alourdir à mesure que les équipes de secours atteindront les zones dévastées.

Des milliers de militaires, de policiers, de garde-côtes et de pompiers ont été déployés dans les zones les plus touchées pour participer aux opérations de recherche et de secours.

Des navires de l’armée et des garde-côtes ont été envoyés sur place pour apporter de l’eau, de la nourriture et des médicaments. Des engins lourds sont arrivés pour dégager les routes barrées par des arbres et des poteaux électriques.

????huhuhuPray for Province of Dinagat Islands????????#bagyongodette2021

Posted by Ocheda Berbano Manuel on Sunday, December 19, 2021

« La route sera longue et difficile pour que les gens puissent reconstruire et reprendre leur vie en main », a déclaré Alberto Bocanegra, responsable de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge aux Philippines.

L’organisation a lancé un appel pour récolter 20 millions de francs suisses (19,3 millions d’euros) afin de financer les secours d’urgence et les efforts de reconstruction suite à ce « carnage complet ».

Le pape François a exprimé sa « proximité avec le peuple des Philippines », pays à majorité catholique. « Puisse le Santo Niño (l’enfant Jésus, NDLR) apporter consolation et espoir aux familles en difficulté et tous nous inspirer pour offrir de l’aide concrète », a-t-il dit à la fin de l’Angélus hebdomadaire.

Un survol des zones affectées a montré « très clairement que nos concitoyens ont grandement souffert en matière d’habitations détruites et de pertes agricoles », a déploré M. Yap, le gouverneur de Bohol.

English version will followהשבוע קרה הדבר הכי נוראי שיכול לקרות. טייפון קרע את שירגאו לחתיכות.שאתה גר במקום טרופי, על…

Posted by Saar Geva on Saturday, December 18, 2021

Huit Israéliens présents à Siargao, île dévastée

Outre Bohol, les îles de Siargao, Dinagat, Leyte, Cebu ou encore Mindanao ont aussi subi des destructions importantes.

Des images aériennes diffusées par l’armée montrent des dégâts sévères dans la région de Surigao, où se trouve l’île de Siargao, prisée des touristes – notamment Israéliens – jusqu’à la pandémie et la fermeture des frontières.

Alors que surfeurs et vacanciers philippins y avaient afflué pour les fêtes de fin d’année, ils se retrouvent désormais bloqués dans cette zone dévastée et coupée du monde, avec des bâtiments détruits, des toits arrachés, des débris, des cocotiers et des poteaux électriques jonchant et bloquant les routes. Le signal de détresse « S.O.S » a été vu peint sur une route de la ville touristique de General Luna.

Tandis qu’une quelconque intervention humanitaire gouvernementale se fait désespérément attendre, l’électricité, l’eau et les communications Internet et téléphone sont coupées depuis jeudi midi, quand le typhon a frappé. L’eau potable, la nourriture, l’argent liquide et l’essence viennent à manquer, et des cas de pillage ont été rapportés par la presse philippine. Certains résidents appellent aujourd’hui à une présence militaire pour un retour à l’ordre.

ב16 לדצמבר לפני שלושה ימים פגע טייפון עוצמתי ביותר כ-250 קמ״ש דרגה 5 באי שירגאובפעם אחרונה שטייפון כזה בעוצמה דומה פגע…

Posted by Yafit Meirov on Monday, December 20, 2021

Yafit Meirov est une ancienne résidente de Siargao qui est restée en contact avec les Israéliens qui y vivent toujours. Elle s’apprête à lancer une campagne de dons depuis Israël, et est à l’origine de la page Instagram israel_helps_philippines. Selon elle, huit Israéliens sont actuellement bloqués sur l’île. Leur situation actuelle précise reste indéterminée, mais aucun n’aurait été victime du typhon.

Parmi eux : Tal Oran, jeune Israélien de 25 ans, YouTubeur et ancien recruteur de Taglit-Birthright selon son profil Facebook, qui réside sur l’île depuis deux ans. Il a été interviewé samedi par le réseau télévisé gouvernemental PTV et a tenu à rassurer sur sa situation personnelle et sur celle des Israéliens et étrangers présents sur l’île, tout en appelant à une aide d’urgence.

WATCH: This member of the Israeli community in the Philippines says he and some other Israelis and foreigners on Siargao and General Luna are fine and "in good spirits."

WATCH: This member of the Israeli community in the Philippines says he and some other Israelis and foreigners on Siargao and General Luna are fine and "in good spirits.""Don't worry about our health," he says, but adds "we desperately, desperately need care across the island."#OdettePH

Posted by PTV on Saturday, December 18, 2021

Un certain Ohad Metiv, qui réside dans la municipalité de Burgos, particulièrement ravagée et actuellement inaccessible, s’y trouve également. Bien qu’il soit injoignable – comme tous sur l’île – et que sa situation précise demeure pour l’heure inconnue, un média local, Be Siargao, a rapporté sur Instagram plusieurs listes de noms d’individus sains et saufs, sur lesquelles il est apparu.

Saar Geva, entrepreneur israélien aux Philippines, originaire de Kfar Saba et résidant à Siargao depuis 2018 mais actuellement absent de l’île, prévoit de s’y rendre brièvement cette semaine avec une délégation humanitaire et médicale. Il devrait être en mesure de prendre des nouvelles de ses compatriotes, et d’apporter une aide et des fournitures de secours à la population. Il organise actuellement une collecte de fonds et appelle aux dons via PayPal.

Le complexe hôtelier et le restaurant de l’homme ont été ravagés par le typhon. Bien qu’accablé, il se dit néanmoins heureux face à l’élan de solidarité actuel lancé par les anciens résidents de l’île – ou ceux qui en sont actuellement absents – et par les touristes philippins comme étrangers qui y sont passés.

קיבלתי עדכון לא מזמן מתוצאות הטייפון, מהמנהלת שלי שיצאה משירגאו – ככה נראה הריזורט שלי, הרס מוחלט. עצים ריסקו את הגג,…

Posted by Saar Geva on Sunday, December 19, 2021

Grâce à cet esprit de communauté, il essaye de rester optimiste pour le futur et veut croire que, grâce à cet élan, la résurrection de l’île n’en sera que plus rapide. « Aujourd’hui, les gens qui quittent l’île le font pour aller chercher de l’aide, des fonds et du soutien, et pour revenir ensuite aider à la reconstruction », assure Saar Geva. « Cela représente bien l’esprit de Siargao. Tous ceux que je connais qui ont vécu là-bas et qui n’étaient pas là quand le typhon a frappé le regrettent, et auraient souhaité être là quand il est arrivé. Ça veut tout dire. »

Outre celle de M. Geva, plusieurs autres initiatives humanitaires ont été lancées afin de venir en aide aux résidents de cette île d’environ 180 000 habitants – 99 % d’entre eux seraient touchés par le typhon, à une échelle plus ou moins grave, selon une estimation du gouverneur Matugas.

De nombreux Français et Européens résident eux aussi sur cette île, « totalement dévastée » selon M. Matugas, qui a rapporté dimanche quinze décès au total à Siargao.

Dsl d'insister mais svp partagez ce post.Toujours aucun contact direct avec l’ile de Siargao. Les infos arrivent au…

Posted by Arthur Herreman on Sunday, December 19, 2021

À proximité, dans la ville de Surigao, à l’extrémité nord de l’île de Mindanao, des éclats de verre provenant de fenêtres brisées, des tôles ondulées de toiture, des lignes électriques et d’autres débris étaient là aussi éparpillés dans les rues.

Sur l’île de Dinagat, les dommages sont « équivalents si ce n’est pires » à ceux causés par le super-typhon Haiyan de 2013, selon la gouverneure de la province, Arlene Bag-ao.

Haiyan, appelé Yolanda aux Philippines, a été le cyclone le plus meurtrier dans le pays, faisant 7 300 morts. Si l’ONG israélienne IsraAID était intervenue après Haiyan, elle n’a pas encore annoncé de mission d’intervention après le passage de Rai.

« J’ai vu comment le typhon Odette (nom local de Rai, NDLR) a déchiré la capitale provinciale, morceau par morceau », a déclaré M. Crisostomo, chargé de presse de la province de Dinagat, à la station de radio DZBB.

« Des tables aussi lourdes qu’un homme se sont envolées sous la violence de la tempête », a-t-il ajouté.

Deux Philippins passent en scooter devant des habitations détruites dans la ville de General Luna, sur l’île de Siargao, dans la province de Surigao del Norte, le 17 décembre 2021, au lendemain du super-typhon Rai, qui a dévasté l’île et le sud et le centre des Philippines. (Crédit : Kate Hughes / AFP)

Rai a déversé des pluies torrentielles, déraciné des arbres et détruit les structures en bois. Il se trouvait dimanche au large du Vietnam et se dirigeait vers le nord.

Le président Rodrigo Duterte s’est rendu dans certaines zones affectées samedi et a promis un fonds d’aide de deux milliards de pesos (35 millions d’euros).

Ce typhon est particulièrement tardif dans la saison. La plupart des cyclones tropicaux dans l’océan Pacifique se forment entre juillet et octobre.

Les scientifiques préviennent depuis longtemps que les typhons deviennent de plus en plus puissants à mesure que le réchauffement climatique s’accélère.

Les Philippines, classées parmi les pays les plus exposés au changement climatique, sont balayées par près de vingt tempêtes tropicales ou typhons chaque année qui détruisent généralement récoltes, habitations et infrastructures dans des régions déjà pauvres.

Près de 23 000 touristes israéliens ont visité les Philippines en 2019, selon les chiffres du ministère du Tourisme philippin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...