Plainte après l’incinération par erreur d’une femme juive à Paris
Rechercher

Plainte après l’incinération par erreur d’une femme juive à Paris

"Ça devient cynique quand on sait que ma mère est, non seulement d’origine juive, mais qu’elle a été une survivante de la Shoah", dit le fils de la défunte

Les pierres tombales au cimetière juif Chesed Shel Emeth de University City, près de St. Louis, dans le Missouri, le 22 février 2017 (Crédit : Michael Thomas/ Getty Images)
Les pierres tombales au cimetière juif Chesed Shel Emeth de University City, près de St. Louis, dans le Missouri, le 22 février 2017 (Crédit : Michael Thomas/ Getty Images)

C’est une drôle d’impression qu’a dû ressentir Michel Burtin en se rendant sur la tombe de sa mère, comme il le fait 2 fois par an, au cimetière de Thiais.

La tombe d’Antoinette Frenk, décédée en 2012, était vide.

« J’ai découvert ça moi-même : (…) je me suis rendu compte qu’il n’y avait plus la plaque d’identification, que la tombe était vide », a expliqué Michel Burtin sur France Info, relayé par Ouest France. « Ça devient cynique quand on sait que ma mère est, non seulement d’origine juive, mais qu’elle a été une survivante de la Shoah. »

Sa mère n’était pas enterrée dans le carré juif, mais dans le carré social du cimetière.

« La mairie a procédé en mars 2017 à une « exhumation administrative » suivie d’une crémation. Une pratique interdite par la religion juive » détaille Ouest France.

« L’administration parisienne a commis une faute d’une exceptionnelle gravité en réalisant cette crémation à l’insu de la famille », a déclaré au Figaro, l’avocat du plaignant, Me Axel Metzker, cité par Ouest France. Le journal rappelle qu’il existe une loi depuis 2008 qui contraint les mairies à vérifier s’il existe « une opposition connue ou présumée » du défunt à l’incinération.

« La présence sur une pierre tombale d’un « symbole d’une religion la refusant » doit donc empêcher les autorités d’y recourir, précise le texte » rappelle le quotidien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...