Plan de paix : à Amman, « mort à Israël » et drapeau israélien brûlé
Rechercher

Plan de paix : à Amman, « mort à Israël » et drapeau israélien brûlé

Près de 3 000 manifestants se sont rassemblés devant la mosquée Al-Husseini, dans le centre de la capitale jordanienne

Des Jordaniens et des Palestiniens brûlent un drapeau israélien alors qu'ils participent à une manifestation à Amman, devant la mosquée al-Husseini au centre de la capitale, pour protester contre la proposition de paix présentée par les Etats-Unis pour le Moyen Orient, le 31 janvier 2020. (Crédit : Khalil MAZRAAWI / AFP)
Des Jordaniens et des Palestiniens brûlent un drapeau israélien alors qu'ils participent à une manifestation à Amman, devant la mosquée al-Husseini au centre de la capitale, pour protester contre la proposition de paix présentée par les Etats-Unis pour le Moyen Orient, le 31 janvier 2020. (Crédit : Khalil MAZRAAWI / AFP)

Des milliers de personnes ont manifesté vendredi dans la capitale de la Jordanie, où vivent de nombreux Palestiniens, contre le plan du président américain Donald Trump pour un règlement du conflit israélo-palestinien.

Brûlant le drapeau israélien et scandant « mort à Israël », près de 3 000 manifestants ont protesté devant la mosquée Al-Husseini, dans le centre d’Amman, au milieu d’un important déploiement sécuritaire, selon un correspondant de l’AFP.

« La Jordanie rejette l’accord du siècle » et « l’accord du siècle est un échec » proclamaient des pancartes de manifestants, en référence à l’expression qui a été utilisée pour parler du plan de paix américain.

« Ecoute, maudit Trump, la Palestine n’est pas à vendre » et « la Jordanie et la Palestine sont un seul et même peuple », ont notamment scandé les protestataires qui ont brandi des drapeaux jordaniens et palestiniens.

Près de 300 personnes ont également manifesté devant l’ambassade américaine à Amman, appelant les pays arabes à la « résistance » et à soutenir les Palestiniens.

Des manifestations similaires ont rassemblé des centaines d’autres personnes à Irbid (nord), Al-Karak (ouest) et Al-Salt (nord-ouest).

Des Jordaniens et des Palestiniens descendent dans les rues d’Amman, devant la mosquée al-Husseini au centre de la capitale, pour protester contre la proposition de paix présentée par les Etats-Unis pour le Moyen Orient, le 31 janvier 2020. (Photo par Khalil MAZRAAWI / AFP

Vendredi, le roi jordanien Abdallah II a déclaré, lors d’un entretien téléphonique avec le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas, que la position du royaume sur la question palestinienne restait « inchangée », selon un communiqué du palais royal.

Il a réitéré « se tenir aux côtés des frères palestiniens pour obtenir leurs droits justes et légitimes et un Etat (palestinien) indépendant sur le tracé du 4 janvier 1967 avec pour capitale Jérusalem-Est ».

Gardienne des lieux saints musulmans à Jérusalem-Est, la Jordanie abrite près de deux millions de Palestiniens et est le seul pays arabe avec l’Egypte à avoir conclu un traité de paix avec Israël, en 1994.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...