Plus de 12 000 Israéliens placés par erreur en quarantaine
Rechercher

Plus de 12 000 Israéliens placés par erreur en quarantaine

Plus de 20 000 personnes ont par ailleurs fait appel de leur mise en quarantaine

Des Israéliens à Tel Aviv le 14 juillet 2020. (Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens à Tel Aviv le 14 juillet 2020. (Miriam Alster/Flash90)

A cause d’une erreur, des milliers d’Israéliens ont été contraints de se placer en quarantaine par un programme de traçage des contacts qui donne au Shin Bet accès aux téléphones portables de porteurs du coronavirus, a-t-on appris lors d’une commission de la Knesset mardi.

Au cours de la première semaine de renouvellement du système de suivi exécuté par le Shin Bet le mois dernier, des dizaines de milliers de personnes en Israël ont reçu des sms les avertissant qu’elles avaient été en contact avec un porteur confirmé du coronavirus.

Selon la loi israélienne, les personnes en contact avec un porteur confirmé du coronavirus doivent se placer en quarantaine pendant deux semaines au risque d’écoper d’une amende salée voire d’une peine de prison.

Des milliers d’Israéliens ont tenté de faire appel de la décision après que le système de traçage téléphonique les eut identifiés comme devant se mettre en quarantaine. Environ la moitié de recours a été accepté, a déclaré Ayelet Grinbaum, qui représentait le ministère de la Santé lors d’une audience à la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset.

« Nous avons approuvé 54 % des demandes pour sortir du confinement, soit près de 12 000 personnes », selon Grinbaum.

Elle a également déclaré que presque tous les appels vers la ligne d’urgence du ministère de la Santé concernait des personnes qui voulaient faire appel de leur mise en quarantaine.

Des Israéliens au marché Mahane Yehuda à Jérusalem, le 14 juillet 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Selon la chaîne publique Kan, environ 12 000 personnes ont été informées qu’elles n’avaient pas besoin de rester en quarantaine après avoir parlé avec quelqu’un du centre d’appel du ministère de la Santé. Plus de 700 autres personnes ont vu leur recours validé après une enquête approfondie.

En outre, des gens ont déclaré que les appels au ministère de la Santé restaient sans réponse alors que les officiels expliquent que le système est débordé. Une procédure de recours a été inclus dans la loi adoptée par la Knesset qui a permis le traçage massif.

Grinbaum a toutefois noté que la situation s’améliorait.

Le chef du Shin Bet, Nadav Argaman, assiste à une réunion de la commission de la défense et des affaires étrangères de la Knesset, le 6 novembre 2018. (Hadas Parush/Flash90)

« Hier, le temps d’attente au téléphone était de 15 minutes. Si quelqu’un nous informe qu’il était chez lui et non pas à l’endroit supposé, le centre d’appel peut l’autoriser à sortir de l’isolement », a-t-elle déclaré.

Le gouvernement a relancé le programme de traçage téléphonique du Shin Bet le mois dernier en réponse à l’augmentation du taux d’infection.

Nadav Argaman, le chef du Shin Bet, avait alors déclaré au cabinet que les technologies employées par l’agence étaient utilisées pour des opérations de contre-terrorisme et qu’elles n’avaient pas vocation à être utilisées pour suivre les citoyens israéliens en masse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...