Rechercher

Plus de Pass vert pour les patients guéris de la COVID non vaccinés

Les nouvelles règles du ministère de la Santé, qui entreront en vigueur le 3 octobre, affecteront les 1,2 million d'Israéliens diagnostiqués depuis le début de la pandémie

Une participante montre son passeport vert lors d'un concert à Tel Aviv le 5 mars 2021, qui était exclusivement réservé aux personnes le possédant. (Crédit : Photo de JACK GUEZ / AFP)
Une participante montre son passeport vert lors d'un concert à Tel Aviv le 5 mars 2021, qui était exclusivement réservé aux personnes le possédant. (Crédit : Photo de JACK GUEZ / AFP)

Le ministère de la Santé a annoncé dimanche qu’à partir du 3 octobre, date à laquelle un certain nombre de nouvelles restrictions seront introduites, les patients guéris de la COVID-19 devront recevoir une seule dose de vaccin contre le coronavirus pour pouvoir bénéficier d’un Pass vert.

Selon les règles actuelles du Pass vert, l’accès à certaines entreprises et à certains événements est limité aux personnes présentant une preuve de vaccination, de guérison de la COVID-19 ou un résultat de test négatif.

Les nouvelles règles signifient que les quelque 1,2 million d’Israéliens qui ont été diagnostiqués comme positifs au virus depuis le début de la pandémie et qui ont un ancien test sérologique positif montrant un taux élevé d’anticorps, devront recevoir au moins une injection de vaccin pour pouvoir bénéficier du Pass vert.

Cette nouvelle mesure sera introduite à la même date que la révocation du Pass vert pour toute personne qui n’aura pas reçu une injection de rappel six mois après avoir reçu une deuxième dose de vaccin.

À partir du 3 octobre également, les enseignants devront être munis d’un Pass vert pour entrer à l’école. Cette date marque le début de la première semaine complète de retour à l’école après la période des vacances, qui se terminera la semaine prochaine avec la fin de la fête de Souccot.

Le fait de ne pas pouvoir travailler en raison de l’absence d’un Pass vert sera considéré comme une absence injustifiée non rémunérée, a déclaré le ministère de l’Éducation la semaine dernière. Ces enseignants ne seront pas autorisés à enseigner à distance, a-t-il ajouté.

Illustration : Un enseignant de jardin d’enfants vue au Moshav Yashresh, le 8 février 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Depuis le début de l’année scolaire, le 2 septembre, les enseignants doivent être munis d’un Pass vert pour entrer dans les écoles. Mais ceux qui n’avaient pas ce document étaient tout de même payés, même s’ils ne travaillaient pas.

En outre, à partir de lundi, les personnes qui passent des examens pratiques de conduite devront également être munies d’un Pass vert valide ou d’un test de dépistage négatif au coronavirus.

Au total, 6 086 218 personnes en Israël ont reçu une première dose de vaccin, et environ la moitié d’entre elles – 3 189 477 personnes – ont reçu une injection de rappel.

Samedi, le Premier ministre Naftali Bennett aurait refusé l’imposition de nouvelles restrictions liées au coronavirus, alors même que le nombre de patients nécessitant d’être placés sous respirateur a atteint des niveaux jamais vus en Israël depuis des mois.

Selon le ministère de la Santé, dimanche matin, 215 personnes infectées par le coronavirus se trouvaient sous respirateur, sur un total de 711 patients répertoriés comme étant dans un état grave.

Alors que la quatrième vague d’infections en Israël a connu un nombre record de cas quotidiens, le nombre de patients nécessitant une hospitalisation est resté inférieur à celui des vagues précédentes, ce que les experts attribuent au taux de vaccination élevé du pays.

Le nombre de décès depuis le début de la pandémie s’élève à 7 649. Au total, 567 personnes ont succombé au virus depuis le début du mois, ce qui fait de septembre le deuxième mois consécutif où Israël a enregistré au moins 500 décès, après que 609 décès ont été attribués à la COVID-19 en août.

Les chiffres du ministère ont également montré 2 616 nouvelles infections samedi, poursuivant une tendance à la baisse, le nombre de cas actifs diminuant légèrement à 63 022.

Des professionnels de la santé traitent des patients dans le service de coronavirus du centre médical Barzilai d’Ashkelon, en Israël, le 26 août 2021. (Crédit : AP Photo/Maya Alleruzzo)

Les tensions entre les responsables de la santé et les membres du cabinet auraient augmenté ces derniers jours, les responsables ayant averti de la nécessité d’imposer de nouvelles restrictions au public, ce à quoi les ministres ont résisté.

Lors d’une réunion du cabinet sur le coronavirus la semaine dernière, un groupe consultatif du gouvernement aurait exhorté les ministres à reconsidérer leur approche de la pandémie, appelant à une politique mettant davantage l’accent sur la réduction de la morbidité grave et préconisant davantage de restrictions sur les rassemblements.

Mais des chercheurs de l’Université hébraïque ont également présenté une étude prévoyant une diminution du nombre de nouveaux cas au cours des dix prochains jours, suivie d’une baisse des cas graves lorsque les règles actualisées du Pass vert entreront en vigueur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...