Pologne : Facebook supprime des pages d’extrême droite au contenu antisémite
Rechercher

Pologne : Facebook supprime des pages d’extrême droite au contenu antisémite

Le géant des réseaux sociaux affirme que les groupes dont les pages ont été supprimées "favorisent ouvertement les opinions racistes, antisémites et homophobes"

Des manifestants brûlent des torches et brandissent des drapeaux polonais durant une marche annuelle de commémoration de la Journée nationale de l'Indépendance à Varsovie, le 11 novembre 2017 (Crédit : AFP PHOTO / JANEK )
Des manifestants brûlent des torches et brandissent des drapeaux polonais durant une marche annuelle de commémoration de la Journée nationale de l'Indépendance à Varsovie, le 11 novembre 2017 (Crédit : AFP PHOTO / JANEK )

VARSOVIE (Pologne) – Des représentants de groupes polonais d’extrême droite ont demandé au Premier ministre et au ministère des Affaires étrangères d’intervenir après que Facebook a retiré leurs pages,  au contenu antisémite.

Facebook a déclaré à la fin de la semaine dernière dans une déclaration portant sur les normes communautaires qu’il « interdit sur sa plate-forme » la présence d’organisations violant ses règlements. La déclaration énumère spécifiquement le National Radical Camp, ou ONR, et le National Rebirth of Poland, ou NOP.

« Nous croyons que ces organisations promeuvent ouvertement les opinions racistes, antisémites et homophobes », a déclaré Facebook dans un communiqué.
Les employés de Facebook ont ​​reçu de nombreux signalements sur des documents inappropriés postés par des nationalistes polonais, dans lesquels des personnes ont été attaquées en raison de leurs « caractéristiques protégées », notamment la race, la religion et le sexe.

« Ce n’était pas une décision facile, car nous vous encourageons à exprimer vos opinions, à établir des contacts et à partager vos idées, mais nous voulons aussi que les gens se sentent toujours bien accueillis », ont déclaré les représentants du réseau.

Selon Robert Winnicki, président du Mouvement national, il s’agit d’une « censure brutale et d’une limitation drastique du pluralisme dans le débat public ».

« Une intervention urgente du gouvernement est nécessaire! », a écrit Winnicki sur Twitter.

Krzysztof Bosak, vice-président du Mouvement national, pense que cette affaire « nous rend service, d’une certaine manière ». Selon lui, elle « compromet les valeurs libérales et la démocratie libérale aux yeux des Polonais ».

« Grâce à ces clowns [Facebook], nous allons peut-être établir un nouvel ordre catholique », a-t-il tweeté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...