Rechercher

Pour améliorer son efficacité, l’armée réduit d’1/5 ses réservistes

L’armée augmente les avantages accordés aux soldats réservistes et à leurs familles ; Tel Aviv est la ville qui fournit le plus de soldats réservistes

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des réservistes de l'armée israélienne s'entraînent, le 21 mars 2017. (Crédit : porte-parole de l'armée israélienne)
Des réservistes de l'armée israélienne s'entraînent, le 21 mars 2017. (Crédit : porte-parole de l'armée israélienne)

En 2016, l’armée israélienne a réduit de 20 % sa force de combat de réserve et a accordé une plus grande importance à la formation des réservistes qui restent, a annoncé jeudi un responsable haut placé de l’armée.

Cette réduction des effectifs de l’année dernière est le résultat de la poursuite d’une tendance consistant à se serrer la ceinture car l’armée cherche à rationaliser son fonctionnement, à éliminer les positions inutiles et à mieux préparer les personnes qui restent pour la guerre ou les catastrophes.

Les militaires ont publié des statistiques avant la journée de Reconnaissance des réservistes nationaux, une célébration annuelle des réservistes, qu’Israël célèbrera dimanche.

« L’armée investit beaucoup, mais beaucoup plus dans les exercices et la formation. Quelque 68 % des jours obligatoires des réservistes sont consacrés aux exercices, principalement pour les situations d’urgence. C’est la tendance actuelle », a déclaré l’officier, qui a accepté de témoigner sous couvert d’anonymat.

Un soldat réserviste de l'armée israélienne en train d'emballer son sac avant de quitter une zone de déploiement près de la frontière de Gaza, en novembre 2012 (Crédit : Tsafrir Abayov / Flash90)
Un soldat réserviste de l’armée israélienne en train d’emballer son sac avant de quitter une zone de déploiement près de la frontière de Gaza, en novembre 2012 (Crédit : Tsafrir Abayov / Flash90)

« Il y a eu beaucoup de travail pour réduire les effectifs des réservistes d’environ 20%, car nous nous concentrons sur l’efficacité opérationnelle de l’armée et réduisons ce que nous pouvons, où nous pouvons », a-t-elle poursuivi.

En 2013, quelque 34 % des Israéliens éligibles pour le devoir de réserviste (des personnes de moins de 40 ans qui ont servi dans l’armée) ont été « actifs », ce qui signifie qu’ils ont complété un total de 20 jours de service au cours des trois précédentes années, selon les statistiques de l’armée israélienne.

En 2015, ce nombre est tombé à 26 %. L’année dernière, elle a diminué, à un peu moins de 21 %, a déclaré la responsable.

« Nous avons des unités qui sont plus grandes qu’elles ne doivent être. Nous devons garder ce dont nous avons besoin – avec un peu de souplesse – et éliminer les personnes qui ne font pas leur part ou ne sont pas nécessaires », a expliqué le colonel Amir Chai, responsable du département des Réservistes des forces terrestres de l’armée israélien, au The Times of Israel l’année dernière.

Malgré la diminution du nombre de réservistes en 2016, l’armée a augmenté le nombre total de temps passé par les réservistes restants en service par rapport à l’année précédente.

L’année dernière, les réservistes ont servi collectivement pendant 2 078 660 jours, contre 1 850 000 jours pour l’année 2016. Cependant, cela représente environ un demi-million de jours de moins que l’année précédente, bien que les statistiques de 2014, au cours de laquelle l’armée a combattu une guerre terrestre à Gaza, ne sont pas vraiment comparables avec l’année sans guerre de 2015.

Soldat israélien réserviste dans le désert du Néguev, au sud d'Israël. Illustration. (Crédit : Matanya Tausig/Flash90)
Soldat israélien réserviste dans le désert du Néguev, au sud d’Israël. Illustration. (Crédit : Matanya Tausig/Flash90)

Alors qu’Israël est souvent connu pour son service obligatoire à 18 ans, la majorité de la force de combat de l’armée vient en fait de ses anciens réservistes. L’âge moyen des réservistes est d’environ 32 ans et représente environ 71 % de la main-d’œuvre militaire, selon les statistiques de 2016.

Ce niveau est resté relativement constant au cours des années, mais le passage du pays au 21e siècle n’a pas été aussi simple.

Dans les premiers jours de l’Etat, lorsque plus de gens travaillaient dans les usines, il était facile pour eux de prendre une semaine de congé pour respecter leur obligation de réserve mais alors que le marché du travail israélien s’est diversifié et que de nombreuses personnes ont commencé à travailler comme auto-entrepreneurs ou dans de petites entreprises, respecter leurs obligations de réservistes est devenu plus difficile.

« L’objectif n’est pas de faire perdre un temps précieux et important aux entreprises et aux travailleurs », a indiqué l’officier.

Une réserviste disant au revoir à son enfant à Mishmar Hanegev, alors que l'armé se prépare pour une offensive à Gaza, en novembre 2012 (Crédit : Uri Lenz / Flash90)
Une réserviste disant au revoir à son enfant à Mishmar Hanegev, alors que l’armé se prépare pour une offensive à Gaza, en novembre 2012 (Crédit : Uri Lenz / Flash90)

En outre, l’armée travaille pour offrir de meilleurs avantages aux réservistes et à leurs partenaires, qui doivent s’occuper de tout lorsque leurs conjoints sont à l’armée.

Par exemple, l’État a accordé des avantages fiscaux aux officiers réservistes, ce qui leur a permis d’épargner 4,2 millions de shekels.

L’armée a également modifié son système de compensation des indépendants pour les jours qu’ils consacrent à leur obligation de réserviste.

« Les réservistes auto-entrepreneurs sont différents des salariés et leurs pertes sont différentes. De cet avantage, nous avons payé 25 millions de shekels », a précisé l’officier.

Dans le but de rendre plus facile aux réservistes de se présenter à l’armée pour accomplir leur devoir de réservistes, l’armée a également mis en ligne un site Web cette année spécifiquement pour les réservistes. Grâce à cela, ils peuvent être appelés au service par courrier électronique, par opposition à la méthode obsolète qui prenait la forme de lettres physiques qui sont envoyées par la poste.

Selon les chiffres de l’armée, les réservistes qui ont été les plus appelés en 2016 étaient les réservistes qui occupaient les postes de médecins de combat, les chefs d’escouade, les soldats d’infanterie et les conducteurs de camion.

En ce qui concerne les femmes, les réservistes qui ont été les plus appelées étaient les soldates dans les salles d’opération, les décrypteuses de code, les agents des ressources humaines et les officières d’infanterie.

Les soldats du bataillon mixte Caracal pendant un exercice de préparation à un assaut de l'Etat islamique dans le sud d'Israël, fin mars 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Les soldats du bataillon mixte Caracal pendant un exercice de préparation à un assaut de l’Etat islamique dans le sud d’Israël, fin mars 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne)

Bien que le nombre de femmes qui servent chez les réservistes ait augmenté au cours des années, les hommes représentent encore quelque 83 % des réservistes en Israël, ce qui représente une légère diminution par rapport à 2015, lorsqu’ils représentaient 84 % des réservistes.

Une fois de plus, Tel Aviv, avec sa population plus jeune, est la ville qui a le plus contribué à gonfler les rangs des réservistes dans le pays – avec 37 156 habitants de Tel Aviv faisant partie des réservistes – alors que Jérusalem n’a fourni que 28 252 réservistes, malgré le fait que la capitale ait un nombre total plus important de résidents âgés de 18 à 40 ans. (Cela est probablement attribuable au grand nombre d’Arabes et de Juifs ultra-orthodoxes à Jérusalem, dont la majorité ne servent pas dans l’armée).

Le nombre de réservistes ayant des enfants a chuté de façon spectaculaire entre 2015 à 2016. Environ 29 % de tous les réservistes étaient parents en 2015, mais l’année dernière, ce nombre est tombé à 11 %.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...