Pour les Arabes agressés à Haïfa, le fort soutien « donne de l’espoir »
Rechercher

Pour les Arabes agressés à Haïfa, le fort soutien « donne de l’espoir »

Les résidents de Shfaram, brutalement agressés par des Juifs sur une plage de Haïfa, disent "espérer de meilleurs jours"

Les victimes d'un crime de haine Muhammad Yusifin, Muatasim Ayoub et Mawd Ayoub durant un événement de solidarité, le 28 août 2018. (Crédit : capture d'écran Dixième chaîne)
Les victimes d'un crime de haine Muhammad Yusifin, Muatasim Ayoub et Mawd Ayoub durant un événement de solidarité, le 28 août 2018. (Crédit : capture d'écran Dixième chaîne)

Les Arabes qui ont été agressés la semaine dernière par un groupe de Juifs sur une plage de Haïfa lors d’un apparent crime de haine ont déclaré que les effusions de soutien qui ont suivi cette attaque violente leur ont donné de l’espoir.

Muhammad Yusifin, Muatasim Ayoub et Mawd Ayoub ont révélé leurs identités à la Dixième chaîne après un événement organisé en solidarité avec eux dans leur ville natale de Shfaram, lundi soir.

« Après que nous avons reçu ces manifestations extraordinaires de soutien de la part de toutes sortes de personnes, Juifs, Arabes, de la part de membres de la Knesset, nous nous sentons suffisamment en sécurité pour montrer nos visages », ont déclaré les hommes.

« Ce n’est pas nous qui sommes des criminels. Nous sommes les victimes ».

« Le soutien que nous avons reçu nous donne l’espoir que cela ne recommencera pas à l’avenir », ont-ils commenté. « Tout changement commence lentement et nous espérons seulement des jours meilleurs ».

La semaine dernière, Yusifin et les deux Ayoub avaient fait savoir qu’ils étaient en train de se détendre sur la plage de Kiriyat Haim lorsqu’ils ont été approchés par un Juif qui leur a demandé s’ils étaient Arabes. Quand ils ont répondu positivement, il s’est éloigné puis il est revenu peu de temps après avec neuf autres hommes. Ils ont alors attaqué les trois victimes à coups de chaînes et de barres de métal.

Posted by ‎هنا شفاعمرو‎ on Friday, 24 August 2018

Les victimes ont déclaré que l’agression n’avait été précédée par aucune provocation et qu’elle avait un mobile nationaliste.

« Ils sont arrivés avec des couteaux, avec des barres de métal. Ils ont alors commencé à nous frapper sans raison », a raconté l’un des individus sur la chaîne Hadashot, samedi. « Ils avaient programmé de nous tuer, tous les trois ».

« C’était une agression nationaliste », a-t-il ajouté.

Deux passants sont intervenus et ils ont mis un terme à l’attaque. Les trois Arabes ont été hospitalisés pour leurs blessures.

Posted by ‎هنا شفاعمرو‎ on Friday, 24 August 2018

Lors du rassemblement de solidarité organisé lundi, Yusifin et les deux Ayoub ont rencontré Yair Alaluf, l’un des Juifs qui a mis un terme à l’attaque et qui a appelé la police.

« Indépendamment de la religion, de la race ou du genre d’une personne, un être humain doit être traité comme un être humain », a déclaré l’oncle de la victime à Alaluf. « Nous espérons qu’il y aura plus de gens comme vous en Israël et que nous pourrons tous mettre un terme à ce type d’événement méprisable ».

Le député de l’Union sioniste Eyal Ben Reuven s’est également rendu à cet événement à Shfaram pour exprimer « sa douleur personnelle » en apprenant ce crime de haine. Il a appelé la police pour recommander de retrouver au plus vite les autres agresseurs impliqués et il a demandé à ses collègues législateurs de condamner sans équivoque l’attaque violente.

Un certain nombre de députés arabes ont lié l’attaque à la loi controversée qui a été récemment adoptée et qui définit Israël comme état-nation du peuple juif.

Le chef du parti de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, et la députée Aida Touma-Sliman ont souligné ce qu’ils ont qualifié de « nationalisme juif croissant » et d’incitations non-contrôlées contre la communauté arabe, qui se retrouvent au plus haut du gouvernement.

Dans la journée de dimanche, le président Reuven Rivlin a condamné l’incident au cours d’une visite dans la ville arabe de Kafr Kassem, appelant la police à conclure rapidement l’enquête.

« Nous avons besoin de comprendre qu’un tel extrémisme peut nous amener à perdre le contrôle de la situation », a dit Rivlin aux habitants. Nous sommes tous destinés à vivre ensemble dans ce pays et nous ne devons pas être condamnés à vivre de cette manière-là ».

Trois suspects ont été arrêtés pour leur rôle dans l’agression. Deux d’entre eux ont été assignés à résidence par la cour des magistrats de Haïfa, dimanche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...