Pour les dirigeants des implantations, les plans de construction du gouvernement sont insuffisants
Rechercher

Pour les dirigeants des implantations, les plans de construction du gouvernement sont insuffisants

Pour le président du Conseil de Samarie, l’approbation jusqu’à 2 600 logements est équivalente à un gel de la construction dans les implantations

Constructions dans l'implantation d'Efrat en Cisjordanie, le 26 janvier 2017. (Crédit :  Gershon Elinson/Flash90)
Constructions dans l'implantation d'Efrat en Cisjordanie, le 26 janvier 2017. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

Les dirigeants des implantations ont critiqué vendredi l’annonce gouvernementale d’un projet d’examen de différents projets de construction en Cisjordanie, affirmant qu’il ne répondait pas au besoin élevé de logements de la population israélienne vivant en Cisjordanie, qui est de plus en plus nombreuse.

La Haute-Commission de planification de l’Administration civile doit se réunir cette semaine pour examiner les divers projets gelés pour différentes raisons, dont la visite du président américain Donald Trump en Israël il y a deux semaines. Quelque 2 600 logements devraient être examinés, et 400 recevoir une approbation finale pour la construction.

Le Conseil de Yesha a déclaré dans un communiqué que les projets discutés n’étaient pas suffisants pour répondre aux besoins des habitants.

Un porte-parole du conseil a déclaré que même si tous les projets étaient approuvés, il n’y en aurait pas assez pour répondre à la demande de logements en Cisjordanie.

« Même ça, ce n’est pas assez, a-t-il dit, comparé au besoin croissant créé par des années de gels de la construction, ce qui a créé une pénurie de logements en Judée et en Samarie. »

Yossi Dagan, président du Conseil régional de Samarie, pendant la 14e conférence annuelle de l'association Besheva à Jérusalem, le 12 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Yossi Dagan, président du Conseil régional de Samarie, pendant la 14e conférence annuelle de l’association Besheva à Jérusalem, le 12 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Yossi Dagan, qui préside le Conseil régional de Samarie, a été bien plus franc dans sa désapprobation, affirmant que le nombre de logements examinés était équivalent à un gel discret de la construction.

« Nous avons encore été informés que le Premier ministre avait choisi de rejeter la plupart des demandes de construction des communes de Judée et Samarie, a-t-il dit. Après huit ans [de présidence de Barack Obama], il n’y a plus d’excuse. »

Dagan a menacé que si la politique qu’il souhaite n’était pas mise en place, le Likud pourrait bien devoir chercher « un autre candidat pour être Premier ministre de la droite israélienne, un qui est engagé dans ses actes, pas seulement dans ses paroles, avec une idéologie » .

Yohai Damari, qui préside le Conseil régional de Har Hevron, a demandé aux ministres, « après l’approbation de constructions arabes sur des terres publiques la semaine dernière, de renforcer le mouvement des implantations et de libérer tous les plans gelés au cours des huit ans qui ont marqué la période sèche d’Obama. »

Le bureau du Premier ministre a rejeté ces critiques, déclarant qu’il n’y a « pas de gel. Au contraire. Ces derniers mois, des milliers de logements ont été approuvés […] et pour la première fois depuis des décennies, une nouvelle localité a été approuvée. Répéter un mensonge n’en fait pas une vérité. Personne ne se préoccupe plus des [Israéliens de Cisjordanie] que le Premier ministre [Benjamin] Netanyahu, et il le fait précautionneusement, en se préoccupant également des intérêts nationaux et internationaux d’Israël. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...