Pourparlers indirects Israël-Hamas sur un cessez-le-feu à long terme
Rechercher

Pourparlers indirects Israël-Hamas sur un cessez-le-feu à long terme

Le Hamas aurait entamé des pourparlers via un pays d'Occident ; Israël refuse de lever le blocus de Gaza jusqu'à ce que la fin de la "menace" des Marches du retour

Des manifestants palestiniens brûlent des pneus pendant des affrontements avec les forces de sécurité israéliennes sur la frontière entre Gaza et Israël, le 6 avril 2018 (Crédit : AFP PHOTO / SAID KHATIB)
Des manifestants palestiniens brûlent des pneus pendant des affrontements avec les forces de sécurité israéliennes sur la frontière entre Gaza et Israël, le 6 avril 2018 (Crédit : AFP PHOTO / SAID KHATIB)

Un pays occidental négocierait des pourparlers entre Israël et l’organisation terroriste du Hamas sur un accord de cessez-le-feu à long terme en échange de la levée du blocus de la bande de Gaza.

Les pourparlers indirects, initiés par le Hamas, sont une source de préoccupation pour le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui craint qu’ils ne se transforment en liens politiques qui mineraient les exigences de l’AP à l’égard du Hamas, selon le rapport du quotidien arabe Al-Hayat, basé à Londres.

Israël a promis au pays occidental d’étudier l’offre et d’y répondre, mais seulement après le 15 mai, date à laquelle les Palestiniens prévoient d’organiser des manifestations de masse marquant les 70 ans de la « Nakba », ou catastrophe, de la création d’Israël, selon le rapport, citant des « sources diplomatiques ».

Israël s’est dit prêt à discuter d’une trêve, de questions de sécurité et de questions humanitaires, mais « refuse de répondre sous la menace des marches [du retour] ».

Le rapport ajoute qu’Israël exigera probablement que le Hamas arrête sa fabrication d’armes et son projet de tunnels d’attaque, en plus de désarmer sa branche militaire, les Brigades Ezzedine al-Qassam.

Des membres des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche militaire du Hamas, prennent part à un rassemblement à Khan Younès dans le sud de la bande de Gaza, le 5 décembre 2017. (Abed Rahim Khatib/Flash90)

Le Hamas est « flexible » sur les deux premières revendications, a indiqué Al-Hayat, mais il est peu probable qu’il accepte de désarmer les Brigades Ezzedine al-Qassam ou d’autres groupes armés.

Plus tôt cette semaine, le quotidien Haaretz a rapporté que le Hamas a exprimé à plusieurs reprises au cours des derniers mois sa volonté d’entamer des pourparlers avec Israël sur un cessez-le-feu à long terme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...