Rechercher
Opinion

Pourquoi Israël doit être résolument solidaire de l’Ukraine

C’est un impératif moral, et une exigence pragmatique : Nous, parmi tous les peuples, avons besoin du monde pour soutenir les démocraties contre les agresseurs autocratiques

David Horovitz

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le Premier ministre israélien Naftali Bennett et le président russe President Vladimir Poutine. (Montage/AP)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le Premier ministre israélien Naftali Bennett et le président russe President Vladimir Poutine. (Montage/AP)

Bien que son instinct et ses principes l’incitent à condamner la tentative de la Russie d’écraser l’Ukraine, Israël a pendant plusieurs jours équilibré cet impératif moral avec des préoccupations légitimes concernant les conséquences pour sa propre sécurité. Cette tentative d’éviter de prendre parti, aussi compréhensible soit-elle, est de plus en plus intenable, moralement et concrètement.

Israël sait qu’il devrait être solidaire des braves opprimés, de la jeune démocratie qui lutte désespérément pour résister à une puissante force autocratique qui n’a jamais accepté sa légitimité et qui espère maintenant parvenir à son élimination. Après tout, cela a été la réalité d’Israël tout au long de notre existence moderne.

Mais sa direction est raisonnablement préoccupée par le bien-être de la communauté juive encore importante en Russie si Israël prenait une position publique claire contre Vladimir Poutine. En outre, il craint de s’aliéner Poutine en ce qui concerne l’Iran, tant en ce qui concerne les négociations sur l’accord nucléaire à Vienne que les efforts inlassables de Téhéran pour établir une forte présence militaire au-delà de nos frontières septentrionales.

Comme l’Amérique s’est quelque peu désengagée de notre partie du monde, la Russie est devenue de plus en plus influente, en particulier en Syrie. Israël a généralement été libre de mener des frappes aériennes sur des cibles militaires iraniennes et syriennes, afin d’empêcher le transfert d’armes, en raison de l’indulgence de la Russie. Si les relations complexes, nuancées mais jusque-là chaleureuses d’Israël avec la Russie de Poutine devaient plonger dans l’inimitié et l’hostilité, la sécurité israélienne sur ses frontières syrienne et libanaise serait compromise, sa capacité à se protéger serait sérieusement minée.

Comme l’a dit dimanche l’ancien conseiller adjoint à la sécurité nationale israélien Eran Lerman , « Si, dans deux ans, nous nous retrouvons sous un barrage de roquettes de haute précision fournies par l’Iran qui pourraient tuer nos citoyens parce que nous n’aurions pas été autorisés à empêcher cela, c’est aussi une question morale ».

Ce sont là des préoccupations fort importantes et le scénario de Lerman n’est que trop crédible. La réticence d’Israël à prendre le parti qu’il sait devoir prendre ne peut, en somme, être imputée à une sorte d’opportunisme politique cynique. Il est né du devoir le plus tangible, le plus immédiat et le plus vital : l’obligation du gouvernement, d’abord et avant tout, de protéger ses citoyens.

Israël peut raisonnablement observer, en outre, qu’un monde complaisant s’est avéré résolument peu enclin à agir lorsque Poutine a rassemblé ses forces militaires contre l’Ukraine, et a seulement commencé à assembler les débuts d’une réponse, avec les condamnations qui l’accompagnent, après que la Russie est entrée en guerre.

De plus, une grande partie des citoyens d’Israël se lasse de certains moralisateurs occidentaux, qui sous-estiment les périls dans cette région, ignorent la preuve que l’abandon de territoires contestés dans le sud du Liban et de Gaza n’a fait que rapprocher les forces meurtrières de nos portes souveraines, et nous condamner à des critiques radicalement disproportionnées et souvent ridicules, comme la dernière invention d’Amnesty International, qui accuse Israël d’imposer l’apartheid même à l’intérieur de nos frontières souveraines aux seuls citoyens arabes qui jouissent démocratiquement de droits dans la région.

Comme le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, citant son défunt père, l’a dit dans une entretien au début du mois : « Vous savez ce que le monde fera si Israël est détruit? Ils vont envoyer une belle lettre… Et peut-être qu’ils feraient de beaux discours à l’ONU. »

Néanmoins, le même Yair Lapid a déclaré jeudi que « l’attaque russe contre l’Ukraine est une grave violation de l’ordre international. Israël condamne cette attaque et est prêt à offrir une aide humanitaire aux citoyens ukrainiens ».

Le Premier ministre Naftali Bennett, en revanche, a maintenu une ambivalence méfiante, offrant ses services de médiation, déplorant la crise humanitaire, mais refusant soigneusement de pointer du doigt Moscou.

On dit que leurs réponses divergentes sont coordonnées, entre les principes de Lapid et Bennett le pragmatique. Pourtant, dimanche, Lapid aurait déclaré à huis clos, dans un rapport non confirmé, « Israël doit être du côté du droit et condamner les dictateurs qui attaquent les démocraties ».

J’espère que c’est ce qu’il a dit. C’est ce qu’Israël devrait dire à haute voix. Les principes et le pragmatisme sont en fait harmonisés.

Le maintien d’une position de principe a des avantages pratiques et moraux. Ceux qui condamnent la tentative de la Russie de détruire une démocratie éprise de liberté renforcent la pression en faveur de mesures concrètes pour aider à contrecarrer le renversement de l’Ukraine. Israël se joignant à ce chœur, soulignerait sa propre place en tant que nation ayant des valeurs qui méritent et exigent le soutien et la protection de la communauté internationale, une nation que certains devraient louer et s’investir à protéger.

Se joindre à ce chœur, c’est également maintenir et élargir l’adhésion internationale et l’empathie pour Israël, alors qu’hésiter et tergiverser, peu importe que ce soit en raison de motifs légitimes, c’est risquer de diminuer davantage cette adhésion et cette empathie. Et cela a des conséquences directes sur la marge de manœuvre diplomatique et militaire d’Israël.

Faire preuve de solidarité avec l’Ukraine, c’est surtout faire front commun avec les États-Unis, notre allié le plus important. Israël doit toujours maintenir sa capacité de se défendre par lui-même, et nous ne demandons à personne d’autre de risquer sa vie pour notre défense. Mais les États-Unis conduisent la communauté internationale, en veillant à ce que nous ayons l’espace diplomatique et pratique pour opérer, nous fournit des armes cruciales, et nous aide à maintenir notre avantage militaire régional.

Enfin, à mesure que la guerre s’est développée ces derniers jours, l’effort d’Israël pour éviter de contrarier Poutine est devenu de plus en plus intenable.

Israël ne devrait pas et ne peut pas se permettre de garder le silence lorsque la Russie cible des civils, forçant un grand nombre de personnes à fuir leurs foyers. Il ne devrait pas et ne peut pas se permettre de garder le silence alors que le président de la Russie a invoqué une menace nucléaire à l’appui de ses objectifs.

Il ne devrait pas et ne peut pas se permettre de garder le silence lorsque Poutine exige que l’armée ukrainienne fasse un coup d’État contre son président dûment élu, alors qu’il prétend de manière répugnante chercher à « dénazifier ». le pays, et quand il qualifie de « néo-nazi » Volodymyr Zelensky, un Juif dont le grand-père a combattu les nazis et dont la grand-mère leur a échappé de justesse.

J’ai appelé Natan Sharansky pendant que je finalisais cet article, voulant obtenir sa contribution. Sa position était si cohérente que j’ai écrit ce qu’il a dit dans une interview séparée. Mais je veux faire référence à sa sagesse, la sagesse d’une icône morale intensément pratique qui se trouve être née à Donetsk.

Poutine, a déclaré Sharansky, « cherche à changer l’ordre mondial établi après la Seconde Guerre mondiale, selon lequel votre voisin plus puissant ne peut pas vous priver de votre liberté. Il veut défier l’ensemble du monde libre ».

« Il croit qu’il est le seul au monde à être prêt à utiliser la force, et qu’il restaurera la domination historique de la Russie. »

La seule chose qui puisse l’arrêter, dit Sharansky, « c’est la solidarité absolue du monde libre ».

En fin de compte, le propre bien-être d’Israël exige que les démocraties courageuses repoussent les agresseurs brutaux. C’est l’histoire que nous écrivons nous-mêmes depuis trois quarts de siècle.

Nous espérons et croyons que le fait de soutenir et de prendre des mesures pour assurer la survie d’Israël, c’est se placer du bon côté de l’histoire. Comme il en va de même pour l’Ukraine, c’est notre devoir de l’affirmer.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...