Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

Poursuite fédérale contre une université US pour avoir permis l’antisémitisme

La plainte dénonce un traitement "inégal" des juifs et des musulmans : L'American university a ignoré la discrimination et le harcèlement subis par ses étudiants juifs et israéliens

Illustration : Le campus de l'American University à Washington, D.C., 2016. (Crédit: Raul Pacheco-Vega/ Creative Commons via la JTA)
Illustration : Le campus de l'American University à Washington, D.C., 2016. (Crédit: Raul Pacheco-Vega/ Creative Commons via la JTA)

Une plainte fédérale a été déposée mercredi auprès du Bureau des droits civils du ministère de l’Éducation des États-Unis, dénonçant un antisémitisme rampant et omniprésent à l’American University (AU).

La plainte, qui a été déposée par le Louis D. Brandeis Center for Human Rights Under Law et Jewish on Campus, accuse l’AU de non seulement avoir été pleinement consciente de l’environnement hostile omniprésent pour les étudiants juifs et de l’avoir ignoré, mais aussi d’avoir choisi, dans certains cas, de soumettre les dénonciateurs juifs à des procédures disciplinaires et à des mesures de harcèlement.

L’AU est une université privée établie il y a quatre ans à Washington, D.C. Plus de 20 % des étudiants de premier cycle sont juifs, selon l’université.

Pamela Nadell, présidente du programme d’études juives de l’AU, a témoigné devant la commission de la Chambre sur l’éducation et la main-d’œuvre le 5 décembre 2023, aux côtés de l’ex-présidente de l’université de Harvard, Claudine Gay, de l’ex-présidente de l’université de Pennsylvanie, Elizabeth Magill, et de la présidente du MIT, Sally Kornbluth.

Quatrième témoin de cette audience, Nadell a déclaré que la haine évidente des juifs sur le campus s’inscrivait dans la longue histoire de l’antisémitisme américain. « L’antisémitisme qui embrase les campus aujourd’hui n’est pas nouveau », a affirmé Nadell.

La plainte fédérale allègue que les actes antisémites à l’UA sont « persistants et menaçants », en particulier depuis l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre. Ces actes comprennent des tags réguliers de croix gammées sur le campus et la marginalisation active des étudiants juifs par leurs pairs et le corps enseignant.

Claudine Gay, présidente de l’Université de Harvard, Liz Magill, présidente de l’Université de Pennsylvanie, Pamela Nadell, professeure d’histoire et d’études juives à l’American University, et Sally Kornbluth, présidente du Massachusetts Institute of Technology, témoignant devant la commission de l’Éducation et de la main-d’œuvre de la Chambre des représentants au Rayburn House Office Building, à Washington, le 5 décembre 2023. La commission a tenu une audience pour enquêter sur l’antisémitisme sur les campus universitaires. (Crédit : Kevin Dietsch/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/Getty Images via AFP)

L’un des plaignants, un étudiant américain juif de première année à l’UA qui a souhaité rester anonyme, a déclaré qu’alors qu’il rentrait à pied sur le campus après une veillée pro-israélienne, des manifestants lui ont crié dessus, le traitant de « porc sioniste », et que deux individus sur des scooters portant des keffiehs et des masques lui ont craché dessus en passant à côté de lui.

L’étudiant a signalé l’agression et déposé une plainte en vertu de la loi IX. L’école n’a pas réagi, selon lui. La plainte indique également que des affiches annonçant un prochain récital de piano auquel participerait l’étudiant, un pianiste, auraient été vandalisées : son visage aurait été rayé, une croix gammée aurait été dessinée sur l’affiche et les mots « Mort aux sionistes – Hitler avait raison » auraient été ajoutés.

« L’Université n’a ni dénoncé ni condamné le ciblage antisémite public d’un étudiant juif israélien. En revanche elle n’a pas hésité à condamner publiquement un message anti-musulman trouvé sur le campus », affirme la plainte. « Ce traitement inégal des juifs et des musulmans est discriminatoire. Il envoie un message à la communauté de l’AU selon lequel les étudiants juifs et israéliens n’ont pas droit à la même considération et aux mêmes protections que les autres sur la base de leur héritage ancestral et ethnique commun et de leur origine nationale. »

La plainte indique que les dortoirs des étudiants de première année ont été vandalisés à plusieurs reprises avec des croix gammées, que l’AU autorise des rassemblements en faveur du Hamas et que les étudiants juifs ont été insultés et marginalisés dans les salles de classe et les dortoirs.

Le 20 octobre 2023, la présidente de l’AU, Sylvia Burwell, a envoyé une lettre au corps étudiant pour signaler la présence de graffitis représentant des croix gammées et un slogan nazi : « Cet acte antisémite haineux est répréhensible », ajoutant que « [c]e discours ne sera pas toléré. Il viole les valeurs qui définissent notre communauté ».

Ketanji Brown Jackson, juge à la Cour suprême, reçoit un diplôme honorifique de la présidente de l’American University, Sylvia Burwell, à gauche, et du doyen de l’American University Washington College of Law, Roger Fairfax, lors de la cérémonie de remise des diplômes de l’American University Washington College of Law, le 20 mai 2023, à Washington. Illustration (Crédit : Patrick Semansky/AP)

La plainte indique également que cinq étudiants de l’AU font actuellement l’objet d’une enquête de la part de l’université pour avoir filmé des étudiants en train de déchirer des affiches d’otages israéliens.

« Il n’est toutefois pas demandé aux auteurs des actes de vandalisme de rendre compte de leurs actes », poursuit la plainte. « Seuls les étudiants juifs font l’objet d’une enquête. »

« L’AU a ignoré la discrimination et le harcèlement que les étudiants juifs et israéliens ont subis sur son campus », affirme la plainte, en n’enquêtant pas sur les comportements antisémites ou en ne prenant pas de mesures pour réduire les mauvais traitements infligés aux étudiants israéliens et/ou juifs ciblés.

« L’université n’a pas respecté ses responsabilités légales et n’a pas appliqué ses propres règles de conduite pour protéger ces étudiants, qui, si elles étaient appliquées, transformeraient le campus de l’AU en un lieu plus sûr et plus accueillant pour ses étudiants juifs et israéliens », poursuit la plainte. « Pire encore, l’université a choisi de harceler et de discriminer davantage plusieurs de ces étudiants en les soumettant à une audience disciplinaire sans fondement pour harcèlement présumé ».

La plainte réclame des réparations, entre autres l’annulation des audiences disciplinaires contre les étudiants juifs qui ont filmé les actes de vandalisme, l’application égale du code de conduite de l’université et une sensibilisation active au problème de l’antisémitisme.

Les demandes répétées de réaction de l’AU n’ont pas reçu de réponse.

Cette plainte est le dernier effort juridique en date contre une université américaine accusée d’environnement antisémite. Les autres universités concernées sont, entre autres, le Wellesley College, l’université de Californie du Sud, le Brooklyn College et l’université de l’Illinois.

Des poursuites privées ont été engagées contre d’autres établissements, dont l’université de Harvard, l’université de Pennsylvanie et l’université de New York, pour antisémitisme.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.