Rechercher

Prague va remplacer un système de défense soviétique par du matériel israélien

Le gouvernement tchèque a annoncé lundi l'achat en Israël de quatre batteries du système de défense aérienne de courte portée Spyder fabriqué par le groupe public israélien Rafael

Un missile sol-air SPYDER lors d'un test, photographie non datée. (Rafael Advanced Defense Systems Ltd.)
Un missile sol-air SPYDER lors d'un test, photographie non datée. (Rafael Advanced Defense Systems Ltd.)

Le gouvernement tchèque a annoncé lundi l’achat en Israël de quatre batteries du système de défense aérienne de courte portée Spyder pour remplacer, d’ici à 2026, des armes obsolètes de fabrication soviétique.

Le ministère de la Défense tchèque a indiqué dans un communiqué que le coût de la transaction s’élevait à 13,7 milliards de couronnes tchèques (540 millions d’euros), pour ce système fabriqué par le groupe public israélien Rafael.

En vertu du contrat, l’apport des entreprises tchèques à la production de ces batteries représentera plus de 30 % de sa valeur.

Le ministère a ajouté dans son communiqué qu’il avait examiné neuf systèmes différents provenant de sept producteurs.

Le « Spyder israélien est apparu comme le plus efficace à l’issue de la comparaison. Il s’agit d’une solution adaptée aux besoins tchèques, compatible avec les normes de l’Otan et qui prévoit une contribution de l’industrie tchèque », selon ce texte.

Le ministre de la Défense, Lubomir Metnar, a salué cet achat comme un pas en avant pour se débarrasser d’un système de fabrication soviétique datant des années 1970 qui « ne correspond plus aux normes actuelles de défense aérienne ».

La République tchèque a adhéré à l’Otan en 1999, 10 ans après que l’ancienne Tchécoslovaquie eut renversé le régime communiste totalitaire qu’elle avait connu pendant quatre décennies.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...