Première Journée consacrée aux survivants de la Shoah
Rechercher

Première Journée consacrée aux survivants de la Shoah

Cette journée a été instaurée car "les survivants méritent une journée de joie, une journée de célébration. Non une journée devant être partagée avec la condamnation des nazis"

Saul Oren, survivant de la Shoah, montre son bras avec le numéro 125421 du camp d'Auschwitz, lors d'une séance photo à son domicile à Jérusalem le 2 décembre 2019. Né en Pologne en 1929, il a été choisi par un médecin nazi pour subir des expériences médicales et a été transféré d'Auschwitz vers un camp de concentration en Allemagne, pour être libéré en 1945. Après la guerre, il retrouva son frère qui avait été avec lui à Auschwitz et émigra en Israël. - En amont des événements marquant le 75e anniversaire de la libération d'Auschwitz, l'AFP s'est entretenue avec les derniers survivants du camp de la mort. Originaires d'Europe, ils ont passé une partie de leur enfance dans le célèbre camp d'extermination avant de s'installer en Israël après la Seconde Guerre mondiale. (MENAHEM KAHANA / AFP)
Saul Oren, survivant de la Shoah, montre son bras avec le numéro 125421 du camp d'Auschwitz, lors d'une séance photo à son domicile à Jérusalem le 2 décembre 2019. Né en Pologne en 1929, il a été choisi par un médecin nazi pour subir des expériences médicales et a été transféré d'Auschwitz vers un camp de concentration en Allemagne, pour être libéré en 1945. Après la guerre, il retrouva son frère qui avait été avec lui à Auschwitz et émigra en Israël. - En amont des événements marquant le 75e anniversaire de la libération d'Auschwitz, l'AFP s'est entretenue avec les derniers survivants du camp de la mort. Originaires d'Europe, ils ont passé une partie de leur enfance dans le célèbre camp d'extermination avant de s'installer en Israël après la Seconde Guerre mondiale. (MENAHEM KAHANA / AFP)

La première Journée internationale des Survivants de la Shoah, consacrée spécialement à ceux qui sont restés en vie, a été célébrée jeudi, alors que d’autres Journées internationales commémorent déjà la mémoire des millions de victimes assassinées par les nazis dans le cadre de leur politique génocidaire.

« Nous voulons bien sûr les célébrer et les honorer », a déclaré Jonathan Ornstein, à l’origine de cette journée et directeur du Centre communautaire juif de Cracovie, en Pologne.

« Espérons que nous serons capables non seulement de les remercier (…) mais de faire vraiment en sorte, chaque fois qu’ils ont besoin d’aide, qu’ils peuvent vivre le restant de leurs jours dans la dignité, l’honneur et le bien-être », a-t-il ajouté dans une intervention lors d’une réunion en ligne pour marquer cette Journée.

Israël commémore chaque année Yom HaShoah tandis que le 27 janvier sont organisées les commémorations de la Journée internationale à la mémoire des victimes de la Shoah proclamée par les Nations unies et destinée à honorer la mémoire des six millions de Juifs et des autres victimes exterminés par les nazis.

« Mais ces journées sont principalement consacrée à la tragédie » de la Shoah , avaient souligné M. Ornstein et Michael Berenbaum, un spécialiste de la Shoah, dans le quotidien israélien The Jerusalem Post.

« Les survivants de l’Holocauste méritent une journée de joie, une journée de célébration. Non une journée devant être partagée avec la condamnation des nazis », ont-ils estimé.

M. Ornstein a choisi le 26 juin car cette date est celle de l’anniversaire d’un survivant connu de l’Holocauste en Pologne, Marian Turski, qui fête ses 95 ans ce mois-ci.

Le ministère des Affaires étrangères allemand Heiko Maas avec Marian Turski, rescapé d’Auschwitz et président du Jewish Historical Institute de Varsovie, à Auschwitz, le 20 août 2018. (Crédit : AFP/ JANEK SKARZYNSKI)

La première célébration de cette journée a été avancée à ce jeudi car elle coïncidait cette année avec le Shabbat.

Parmi les participants à la célébration de cette journée figurait le réalisateur américain Steven Spielberg, dont l’un des films phare est « La Liste de Schindler ». Cette journée, a-t-il souligné dans une intervention en ligne, « est une célébration longtemps attendue des témoins vivants, dont nombreux sont ceux que j’ai le plaisir de connaître ».

En 1994, Spielberg a mis en place une fondation qui a réalisé des enregistrements vidéo de 55 000 témoignages de survivants et témoins de la Shoah.

Il est réjouissant de « voir que plus de 60 organisations sont venues aujourd’hui pour célébrer l’héroïsme, les sacrifices, les vies des personnes les plus courageuses que j’ai jamais connues », a ajouté le cinéaste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...