Rechercher

Première visite officielle d’un chef de police israélienne au Maroc

Kobi Shabtai discutera avec les hauts responsables de la police et de la sécurité de Rabat afin d'améliorer les liens toujours plus chaleureux entre les 2 pays

Le chef de la police, Kobi Shabtai, assiste à une cérémonie en l’honneur des forces de l'ordre israéliennes, à la Knesset à Jérusalem, le 17 mai 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef de la police, Kobi Shabtai, assiste à une cérémonie en l’honneur des forces de l'ordre israéliennes, à la Knesset à Jérusalem, le 17 mai 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le commissaire de police Kobi Shabtai s’est rendu au Maroc lundi, devenant ainsi le premier chef de la police israélienne à visiter la nation maghrébine en voyage officiel.

La visite de Shabtai fait suite à celle effectuée par le chef de l’armée le mois dernier, alors que les liens entre les deux pays se resserrent suite à la signature de l’accord de normalisation signé en 2020.

Il est prévu que Shabtai rencontre des hauts responsables de la police marocaine et de la sécurité nationale, et qu’il visite des établissements pénitentiaires, a indiqué la police dans un communiqué.

« Le commissaire de police et les hauts responsables marocains discuteront du renforcement de la coopération en matière d’opérations, de renseignements et d’enquêtes dans le but de renforcer les relations entre les pays et la police », indique le communiqué.

Le commissaire Shabtai sera accompagné du chef des services de renseignement de la police et du chef de l’unité des Affaires étrangères de la police israélienne.

Au cours de sa visite de cinq jours, le chef de la police déposera une gerbe au mausolée de Rabat, lieu de repos des anciens souverains marocains, et visitera également des sites de la communauté juive locale.

Le voyage de Shabtai intervient quelques mois après sa visite aux Émirats arabes unis pour promouvoir les initiatives de coopération en matière de sécurité entre les deux pays. La police avait alors annoncé qu’un attaché de police israélien serait détaché auprès de l’ambassade d’Israël aux Émirats, et qu’il serait responsable de la coordination des activités de maintien de l’ordre israéliennes en Afrique et au Moyen-Orient.

Le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, est salué par une garde d’honneur à Rabat, au Maroc, le 19 juillet 2022. (Crédit : armée israélienne)

Israël s’est engagé dans un flot d’activités diplomatiques depuis la signature des Accords d’Abraham, une déclaration de paix conjointe initialement signée le 15 septembre 2020, qui avait officiellement normalisé les relations diplomatiques entre le Bahreïn, les Émirats arabes unis et Israël.

En décembre 2020, le Maroc et Israël signaient un accord de normalisation, établissant des relations diplomatiques complètes. Puis, en janvier 2021, le Soudan avait, lui aussi ratifié les accords, manifestant ainsi officiellement son intention de faire avancer la normalisation avec Israël.

Le mois dernier, le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi est devenu le premier chef de l’armée israélienne à se rendre au Maroc pour une visite officielle.

Kohavi y avait rencontré le ministre marocain de la Défense, Abdellatif Loudiyi, le chef des Forces armées royales, Belkhir El Farouk, ainsi que d’autres hauts responsables de la défense, et avait discuté des « possibilités de coopération militaire, tant au niveau des exercices et de l’entraînement que dans les domaines des opérations et du renseignement », avait alors déclaré Tsahal dans un communiqué.

En novembre dernier, le ministre de la Défense Benny Gantz avait signé un mémorandum d’entente avec son homologue marocain, le premier accord de ce type entre Israël et un État arabe.

Cet accord a formalisé les liens de défense entre les deux pays, permettant une coopération plus fluide entre leurs établissements de défense et facilitant la vente d’armes par Israël au royaume nord-africain.

Le ministre de la Défense Benny Gantz, au centre, visite le quartier général des Forces armées royales marocaines à Rabat, le 24 novembre 2021. (Crédit : Ministère de la Défense)

Grâce à la signature du mémorandum d’entente, les ministères de la Défense et les armées des deux pays peuvent désormais communiquer plus facilement entre eux et partager des renseignements, alors qu’auparavant, ces échanges n’étaient possibles que par l’intermédiaire de leurs services de renseignement respectifs.

En mars, de hauts responsables militaires israéliens ont achevé leur premier voyage officiel au Maroc, où les parties ont signé un accord visant à faire collaborer les deux armées, et en juin, des officiers israéliens et des responsables du ministère de la Défense ont participé à un exercice militaire majeur au Maroc en tant qu’observateurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...