Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Propos antisémites à la manifestation pro-Hamas à Paris ; 10 interpellations

Le rassemblement était la première manifestation parisienne à ne pas avoir initialement fait l'objet d'une interdiction par la préfecture de police de Paris

  • Manifestation pro-palestinienne à Paris, le 22 octobre 2023. (Crédit : Emmanuel Dunand / AFP)
    Manifestation pro-palestinienne à Paris, le 22 octobre 2023. (Crédit : Emmanuel Dunand / AFP)
  • Manifestation pro-palestinienne à Paris, le 22 octobre 2023. (Crédit : Emmanuel Dunand / AFP)
    Manifestation pro-palestinienne à Paris, le 22 octobre 2023. (Crédit : Emmanuel Dunand / AFP)
  • Manifestation pro-palestinienne à Paris, le 22 octobre 2023. (Crédit : Emmanuel Dunand / AFP)
    Manifestation pro-palestinienne à Paris, le 22 octobre 2023. (Crédit : Emmanuel Dunand / AFP)
  • Manifestation pro-palestinienne à Paris, le 22 octobre 2023. (Crédit : Emmanuel Dunand / AFP)
    Manifestation pro-palestinienne à Paris, le 22 octobre 2023. (Crédit : Emmanuel Dunand / AFP)
  • Manifestation pro-palestinienne à Paris, le 22 octobre 2023. (Crédit : Emmanuel Dunand / AFP)
    Manifestation pro-palestinienne à Paris, le 22 octobre 2023. (Crédit : Emmanuel Dunand / AFP)
  • Manifestation pro-palestinienne à Paris, le 22 octobre 2023. (Crédit : Emmanuel Dunand / AFP)
    Manifestation pro-palestinienne à Paris, le 22 octobre 2023. (Crédit : Emmanuel Dunand / AFP)

Drapeaux palestiniens qui claquent au vent, chants et slogans contre la politique israélienne : des milliers de manifestants pro-palestiniens se sont rassemblés dimanche à Paris pour demander l’arrêt des opérations militaires d’Israël à Gaza, à l’appel d’un collectif.

« Israël assassin, Macron complice », « pas de paix sans décolonisation », « enfants de Gaza, enfants de Palestine, c’est l’humanité qu’on assassine »: la foule réunie place de la République a repris à pleins poumons ces traditionnels slogans pro-palestiniens.

Encadré par un important dispositif de sécurité, le rassemblement était la première manifestation parisienne à ne pas avoir initialement fait l’objet d’une interdiction par la préfecture de police de Paris.

Jeudi soir, le rassemblement qui a réuni plusieurs milliers de personnes toujours place de la République avait été interdit par les autorités avant que la justice administrative ne vienne lever cette interdiction.

« On a réussi à convaincre les juges que nous défendons les droits humains. Le combat continuera dans la légalité jusqu’au bout », a lancé dimanche à la foule l’avocate Dominique Cochin. « On a ouvert la porte à Paris et dans d’autres départements, des arrêtés d’interdiction tombent et les gens peuvent manifester », a-t-elle ajouté.

A Marseille, un millier de personnes se sont mobilisées dimanche après-midi pour un « rassemblement pour la paix » à l’appel notamment de la CGT des Bouches-du-Rhône, d’Attac, de Marseille Gaza Palestine ou du Mouvement pour la paix.

Des rassemblements de soutien aux Palestiniens et aux habitants de la bande de Gaza avaient eu lieu aussi samedi en France, dont Lyon où se sont réunies plus d’un millier de personnes dans une manifestation autorisée au dernier moment.

Selon la députée LFI Aurélie Trouvé, les organisateurs ont dénombré dimanche à Paris 30 000 participants. Le décompte de la préfecture de police fait état de 15 000 manifestants.

Manifestation pro-palestinienne à Paris, le 22 octobre 2023. (Crédit : Emmanuel Dunand / AFP)

Les forces de l’ordre ont procédé à 10 interpellations, notamment pour des propos antisémites et des tags sur la statue de la République, a précisé la préfecture.

A l’initiative du rassemblement, le collectif « Pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens » a déployé une banderole au pied de la statue de la République, appelant la France à « demander un cessez-le feu immédiat » et « halte au massacre à Gaza ».

Nouvelles manifestations prévues

La CGT, FSU, La France Insoumise, l’Union syndicale Solidaires, l’association France-Palestine-Solidarité, le Mrap, le collectif des Musulmans de France ou encore l’Union juive française pour la Paix font partie de la quarantaine d’organisations membres du collectif.

« On n’a pas besoin d’être palestinien pour être touché par ce qui arrive. Pour moi, ce genre de rassemblement est un signe de désespoir », a déclaré Maya, une étudiante venue manifester avec des amis et qui n’a pas souhaité dévoiler son patronyme.

« Le gouvernement a un rôle à jouer sur le plan diplomatique. Il doit avoir des positions plus fermes et ne pas agir comme soutien à Israël », a-t-elle complété auprès de l’AFP.

« Macron donne un permis de tuer à Israël », a dénoncé le président de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) Bertrand Heilbronn.

Manifestation pro-palestinienne à Paris, le 22 octobre 2023. (Crédit : Emmanuel Dunand / AFP)

A propos des attaques du Hamas du 7 octobre, « l’émotion est légitime » mais « son instrumentalisation est criminelle en servant à justifier une guerre d’élimination que l’Etat d’Israël est en train de mener contre le peuple palestinien », a-t-il ajouté.

Au cours du rassemblement, des nouveaux appels à manifester ont été lancés pour Paris, mardi et samedi prochains.

Plus de 1 400 personnes ont été tuées sur le territoire israélien par les hommes du Hamas depuis le 7 octobre, en majorité des civils fauchés par balles, brûlés vifs ou morts de mutilations au premier jour de l’attaque des combattants du groupe terroriste islamiste palestinien menée à partir de Gaza, selon les autorités israéliennes.

Dans la bande de Gaza, plus de 4 650 Palestiniens ont été tués par l’armée israélienne, selon le ministère de la Santé du Hamas à Gaza. Les chiffres publiés par le groupe terroriste ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante et incluent terroristes et tireurs, ainsi que les victimes d’une explosion dans un hôpital de la ville de Gaza le 17 octobre, causée par une erreur de tir d’un missile du Jihad islamique que le Hamas a imputée à Israël. De plus, Israël affirme avoir tué 1 500 terroristes du Hamas à l’intérieur d’Israël le 7 octobre et après cette date.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.