Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

Quand une fac d’élite US doit fournir des escortes de sécurité pour ses étudiants juifs

Le cabinet d'avocats représentant le plaignant affirme que cette "solution" rétablira les "principes fondamentaux et partagés de sécurité" à l'université

Une pancarte du campement de manifestants pro-palestiniens et anti-israéliens à l'Université Columbia à New York, le 22 avril 2024. (Crédit : AP Photo/Stefan Jeremiah)
Une pancarte du campement de manifestants pro-palestiniens et anti-israéliens à l'Université Columbia à New York, le 22 avril 2024. (Crédit : AP Photo/Stefan Jeremiah)

NEW YORK – L’université Columbia a accepté de prendre des mesures supplémentaires pour que ses étudiants se sentent en sécurité au sein du campus, dans le cadre d’un accord conclu mardi avec un étudiant juif qui avait demandé une ordonnance du tribunal exigeant que cette université d’élite fournisse un accès sécurisé au campus lors des manifestations contre Israël à propos de sa guerre à Gaza avec le Hamas.

Le cabinet d’avocats qui représente le plaignant dans cette action en justice, déposée sous la forme de recours collectif, a qualifié l’accord de « premier du genre à protéger les étudiants juifs contre les manifestants extrémistes de la guerre à Gaza sur le campus ».

En vertu de cet accord, Columbia doit créer un nouveau point de contact – un « Safe Passage Liaison » – pour les étudiants inquiets pour leur sécurité. Cette personne sera chargée de la sécurité des étudiants et coordonnera les demandes d’escorte des étudiants dans le cadre d’un programme d’escorte existant, qui doit rester disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 au moins jusqu’au 31 décembre, selon les termes de l’accord.

L’accord prévoit également des aménagements académiques pour les étudiants qui n’ont pas pu accéder au campus pour faire leurs devoirs ou passer leurs examens, entre autres dispositions. Le plaignant juif, identifié par ses initiales CS, a déclaré que la décision de Columbia de permettre aux étudiants de suivre des cours en ligne en réponse aux manifestations démontrait que l’école était devenue trop dangereuse pour que les étudiants juifs puissent bénéficier de la formation qu’on leur avait promise.

« Nous sommes heureux d’avoir pu trouver une solution et nous restons attachés à notre priorité absolue : la sécurité de notre campus afin que tous nos étudiants puissent poursuivre avec succès leurs études et atteindre leurs objectifs académiques », a déclaré un porte-parole de l’université dans un communiqué écrit.

La décision fait état des diverses mesures déjà prises par Columbia pour garantir la sécurité des étudiants sur le campus, que la présidente de l’université, Minouche Shafik, s’est engagée à rendre « sûr pour tous ». Des groupes juifs ont toutefois accusé l’établissement de ne pas avoir suffisamment déployé de moyens pour lutter contre l’antisémitisme dans les mois qui ont suivi l’attaque terroriste du 7 octobre menée par le Hamas et qui a déclenché la guerre à Gaza.

Des étudiants pro-palestiniens et anti-Israël manifestant à l’entrée du Hamilton Hall, sur le campus de l’Université de Columbia, à New York, le 30 avril 2024. (Crédit : Jia Wu/AFP)

Les protestations se sont multipliées sur les campus universitaires du monde entier au printemps, de nombreux étudiants établissant des camps et exigeant que les écoles se désinvestissent d’Israël en raison du traitement réservé aux Palestiniens pendant la guerre contre le Hamas.

Des campements ont été installés à Columbia le 17 avril. La police de New York a été appelée un jour plus tard pour évacuer les manifestants pro-palestiniens et anti-israéliens, dont plus de 100 ont été arrêtés lors du démantèlement des tentes.

Bien qu’il ait été reconstruit le lendemain et qu’il soit resté en place pendant des semaines, la police n’a pas été sollicitée à nouveau jusqu’au 30 avril, lorsque des étudiants ont vandalisé et occupé Hamilton Hall. La police a été appelée cette nuit-là pour faire sortir les étudiants du hall et des dizaines de manifestants ont été arrêtés.

À l’aide d’un véhicule tactique, la police de la ville de New York entre dans un étage supérieur du Hamilton Hall, occupé par des manifestants anti-Israël plus tôt dans la journée sur le campus de l’université Columbia à New York, le 30 avril 2024. (Crédit : Craig Ruttle/AP)

Un groupe d’avocats représentant des étudiants pro-palestiniens a demandé au bureau des droits civiques du département américain de l’Education d’enquêter sur le respect par Columbia de la loi sur les droits civiques de 1964 en ce qui concerne la manière dont ils ont été traités.

Jay Edelson, avocat de l’étudiant juif plaignant, a déclaré que l’accord négocié représentait « un retour aux principes fondamentaux et partagés de sécurité sur le campus pour tous les étudiants de Columbia » après que des « manifestants extrémistes » ont choisi de « pousser leurs pairs juifs hors du campus en les menaçant et en les intimidant ».

L’accord stipule également que Columbia « continuera à travailler pour faciliter les opportunités pour les étudiants et les professeurs de s’engager dans un dialogue sûr, courtois et constructif sur les questions importantes qui ont été soulevées au cours des derniers mois » et n’interférera pas avec les efforts des étudiants pour organiser des débats publics sur le campus.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.