Quatre « Jeunes des Collines » arrêtés par l’armée en Cisjordanie
Rechercher

Quatre « Jeunes des Collines » arrêtés par l’armée en Cisjordanie

Des soldats ont surpris deux suspects escaladant la clôture du QG de la brigade régionale de Samarie dans un climat de violence permanente de la part des "Jeunes des Collines"

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens près de l'endroit où deux explosifs ont été placés, au centre de la Cisjordanie, le 22 novembre 2020. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats israéliens près de l'endroit où deux explosifs ont été placés, au centre de la Cisjordanie, le 22 novembre 2020. (Crédit : Armée israélienne)

Les soldats ont arrêté quatre jeunes israéliens dans le nord de la Cisjordanie après que deux d’entre eux ont tenté de s’introduire dans une base militaire jeudi après-midi, a indiqué l’armée israélienne.

Selon l’armée, deux suspects ont été aperçus en train de grimper sur la clôture du quartier général de la brigade régionale de Samarie, près de Naplouse. Des soldats ont été envoyés sur les lieux pour procéder à leur arrestation et les deux suspects ont fui, avant d’être rattrapés.

Les deux infiltrés présumés ont été arrêtés, ainsi que deux autres qui se trouvaient à proximité, soupçonnés d’appartenir au même groupe.

Tsahal a déclaré que les quatre jeunes avaient été remis à la police pour enquête.

Cet incident très particulier s’est produit dans un contexte de troubles croissants en Cisjordanie. De jeunes Israéliens nationalistes – appelés « Jeunes des Collines » en référence aux collines sur lesquelles ils ont souvent installé des avant-postes illégaux – se sont régulièrement heurtés aux forces de sécurité israéliennes et ont attaqué des Palestiniens ces dernières semaines.

Ce regain de violence fait suite à la mort d’Ahuvia Sandak, un adolescent de 16 ans tué dans un accident de voiture le mois dernier alors qu’il fuyait la police après avoir prétendument lancé des pierres sur des Palestiniens.

La police a déclaré que le conducteur avait perdu le contrôle du véhicule et que celui-ci s’était renversé, tandis que les habitants des implantations ont affirmé que l’accident avait été causé par la voiture de police qui avait percuté le véhicule.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...