Rechercher

Raccordement de maisons arabes à l’électricité: la coalition en danger – élu Raam

Le parti islamiste est furieux des désaccords avec Shaked sur la législation qui permettrait aux maisons arabes construites illégalement d'être alimentées en électricité

Le député Mazen Ghanaim vu à la Knesset, avant la session d'ouverture du nouveau gouvernement, le 5 avril 2021. (Olivier Fitousi/Flash90)
Le député Mazen Ghanaim vu à la Knesset, avant la session d'ouverture du nouveau gouvernement, le 5 avril 2021. (Olivier Fitousi/Flash90)

Le député Walid Taha (Raam), qui dirige la commission des Affaires intérieures de la Knesset, devrait rencontrer mardi soir la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked. Ils s’opposent sur un projet de loi qui permettrait de raccorder au réseau électrique des milliers de maisons construites illégalement dans les communautés arabes.

Avant la réunion, son collègue, le législateur Mazen Ghanaim (Raam), a déclaré à Kan que si les deux parties ne parvenaient pas à un accord sur la législation, son parti quitterait la coalition, entraînant son effondrement.

Il n’a pas précisé quels étaient les points de désaccord.

Le projet de loi a été adopté en première lecture par le plénum de la Knesset au début du mois, mais il fait maintenant l’objet de nouvelles délibérations et de désaccords internes au sein de la coalition. Lundi, Taha avait annulé une réunion de la commission des Affaires intérieures, invoquant le différend en cours avec Shaked sur la forme finale de la législation.

La ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked, donne une conférence de presse au ministère des Finances à Jérusalem, le 31 octobre 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Taha a déclaré au journal Haaretz que le parti souhaitait que la question soit retirée des mains de Shaked, affirmant que si elle soutient ostensiblement le projet de loi en tant que membre de la coalition, elle tente en réalité de le vider de son sens. « Elle est hostile au projet de loi et a tenté de le contrecarrer depuis le premier jour », a-t-il déclaré lundi.

Shaked, du parti Yamina, est considérée par les législateurs arabes comme hostile à leur programme. La ministre de la droite radicale aurait été très mal à l’aise avec la formation d’un gouvernement incluant Raam et a fait l’objet d’attaques répétées de la part des membres de l’opposition de droite concernant son accord final.

La loi défendue par le parti islamiste Raam, qui fait partie de la coalition, permettrait à la Compagnie israélienne d’électricité de connecter certaines maisons au réseau même si elles ont été construites sans permis. Elle permettrait également à la société de remplacer les réseaux électriques de fortune illégaux et dangereux qui existent dans certaines régions par des connexions légales réglementées.

Walid Taha, président de la commission des affaires intérieures et de l’environnement de la Knesset, dirige une réunion de la commission à la Knesset, à Jérusalem, le 15 novembre 2021.(Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Environ 130 000 Arabes israéliens vivent dans des maisons construites illégalement dans des villes du pays et qui ne peuvent pas être raccordées au réseau national, en vertu de la législation en vigueur. Les Arabes israéliens accusent les plans d’urbanisme obsolètes qui classent les terres ouvertes comme « agricoles » plutôt que comme résidentielles, tandis que la droite israélienne critique ce qu’elle appelle l’anarchie dans les communautés arabes.

Les Bédouins du Neguev, dont beaucoup vivent dans des communautés non autorisées et des maisons construites illégalement, sont un groupe qui devrait particulièrement bénéficier de la législation.

Mais la semaine dernière, Shaked a davantage irrité Raam en affirmant lors d’une session de la Knesset que le projet de loi n’était « pas du tout lié » aux communautés arabes du Neguev et ne les affecterait pas.

Les villages bédouins non reconnus autour de la zone industrielle de Ramat Hovav, dans le sud d’Israël, souffrent d’un niveau élevé de pollution atmosphérique en raison des bassins d’évaporation chimique à proximité et d’une centrale électrique d’Israel Electric Company, le 28 décembre 2017. (Yaniv Nadav/Flash90)

Dans le cadre du projet de loi actuel, Shaked, en tant que ministre de l’Intérieur, aurait l’autorité de décider quelles zones seraient éligibles pour le raccordement au réseau électrique, et Raam craint maintenant qu’elle ne crée des difficultés continues et qu’elle n’autorise pas du tout le raccordement dans le sud – où réside une partie importante de la base électorale du parti.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...