Rechercher

Rare opération israélienne diurne dans le sud de la Syrie

Deux civils ont été blessés après une frappe au missile à al-Hamidiyah, près de la frontière avec le Liban, a fait savoir la chaîne publique syrienne

Des dégâts commis dans une structure suite à une attaque aérienne attribuée à Israël à al-Hamidiyah, en Syrie, le 2 juillet 2022. (Crédit :  Réseaux sociaux)
Des dégâts commis dans une structure suite à une attaque aérienne attribuée à Israël à al-Hamidiyah, en Syrie, le 2 juillet 2022. (Crédit : Réseaux sociaux)

Une frappe aérienne israélienne a été menée samedi matin sur la côte ouest de la Syrie et deux civils ont été blessés,

L’armée israélienne n’a pas réagi, conformément à sa politique générale de ne pas commenter les attaques aériennes commises dans le pays.

« Vers 6H30 ce matin, l’armée ennemie israélienne a mené une frappe » près de la localité de Al-Hamidiyeh, au sud de Tartous, a indiqué dans un communiqué le ministère de la Défense syrien.

Le raid a été mené depuis la mer Méditerranée à l’ouest de la ville libanaise de Tripoli (nord) « et deux civils ont été blessés, dont une femme », a précisé le ministère, citant une source militaire.

Selon l’agence de presse syrienne SANA, la frappe a visé des exploitations de volailles, entraînant des dégâts.

La Syrie affirme souvent que les cibles des raids israéliens sont des sites non-militaires.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), une ONG basée à Londres et dont le financement reste flou, disposant d’un vaste réseau de sources en Syrie, il s’agit « d’entrepôts qui abritaient auparavant des élevages et que le Hezbollah utiliserait désormais pour y stocker des armes et à des fins commerciales ».

L’État juif a commis des centaines de frappes sur des cibles en Syrie au fil des années, mais ne reconnaît que rarement de telles opérations et ne les évoque pas.

L’armée déclare viser des bases appartenant aux milices pro-iraniennes, comme le groupe terroriste mandataire de la République islamique au Liban, le Hezbollah, dont les combattants sont déployés en Syrie. L’armée de l’air vise également les livraisons d’armes qui seraient destinées aux organisations terroristes soutenues par Téhéran.

Tandis que les attaques israéliennes ont généralement lieu la nuit, la frappe de samedi s’est déroulée aux environs de 6 heures 30 du matin alors qu’il faisait déjà jour, selon SANA.

Les frappes israéliennes ont continué dans l’espace aérien syrien, contrôlé par la Russie, alors même que les liens avec Moscou se sont détériorés, ces derniers mois. Les désaccords avec Moscou ne cessent de s’élargir avec un soutien de plus en plus appuyé apporté par Jérusalem à l’Ukraine. Israël cherche toutefois à conserver sa liberté d’action dans le ciel syrien.

Cette attaque de samedi est le tout premier raid de ce type à être attribué à l’État juif depuis que Yair Lapid est devenu Premier ministre dans la matinée de vendredi.

Le mois dernier, l’aviation israélienne avait bombardé l’aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne, endommageant les bâtiments et mettant les pistes d’atterrissage hors service.

Selon l’OSDH, les missiles israéliens avaient ciblé des dépôts appartenant au Hezbollah libanais et à des forces iraniennes près de l’aéroport en plus de la seule piste encore en service de l’aéroport.

Déclenchée par la répression de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie a fait environ 500 000 morts, dévasté les infrastructures du pays et déplacé des millions de personnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...