Réactions après l’attaque contre une synagogue allemande lors de Yom Kippour
Rechercher

Réactions après l’attaque contre une synagogue allemande lors de Yom Kippour

"L'attaque antisémite de Halle est un choc. Nous la condamnons fermement", a écrit le chef de l'Etat français

Un homme armé tire dans une rue de Halle, en Allemagne, après une fusillade devant une synagogue dans la même ville, faisant deux morts. (Crédit : capture d'écran / Andreas Splett / ATV-Studio Halle / AFP)
Un homme armé tire dans une rue de Halle, en Allemagne, après une fusillade devant une synagogue dans la même ville, faisant deux morts. (Crédit : capture d'écran / Andreas Splett / ATV-Studio Halle / AFP)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a condamné mercredi l’attaque contre une synagogue à Halle, dans l’est de l’Allemagne, où deux personnes ont été tuées et deux autres grièvement blessées.

« L’attentat terroriste contre la communauté de Halle en Allemagne pendant Kippour, le jour le plus sacré pour notre peuple, est une nouvelle expression de l’antisémitisme qui grandit en Europe », a déclaré Netanyahu dans un tweet.

« J’appelle le gouvernement allemand à poursuivre son action contre l’antisémitisme », a-t-il ajouté.

« Nous sommes abasourdis et peinés par les terribles meurtres antisémites qui ont eu lieu aujourd’hui en Allemagne », a déclaré de son côté le président israélien Reuven Rivlin dans un communiqué.

Nous continuerons « à lutter contre l’antisémitisme qui persiste en Europe et dans le monde », a-t-il poursuivi.

L’attaquant allemand de la synagogue, identifié par les médias comme étant le néo-nazi Stephan Balliet lors de son assaut à Halle (Crédit : capture d’écran)

« Nous sommes soulagés qu’une tragédie qui aurait pu être encore plus grave ait été évitée grâce à la sécurité établie par la synagogue qui a apparemment pris des mesures pour empêcher l’agresseur de pénétrer dans les lieux », a déclaré le Dr Moshe Kantor, président du Congrès juif européen. « Cependant, le fait que des Juifs observant l’un des jours les plus saints de l’année aient été ciblés lors d’une attaque, devrait envoyer des ondes de choc en Allemagne et au-delà. »

« Nous devons faire davantage pour faire en sorte que ces types d’attaques ne se reproduisent plus, en combattant la radicalisation, en renforçant les mesures d’application de la loi et en consacrant plus de ressources à l’éducation en faveur de la tolérance. Nos pensées et nos prières accompagnent les familles des personnes tuées. Nous souhaitons un prompt rétablissement aux blessés, » a-t-il écrit dans un communiqué.

Un homme armé tire dans une rue de Halle, en Allemagne, après une fusillade devant une synagogue dans la même ville, faisant deux morts. (Crédit : capture d’écran / Andreas Splett / ATV-Studio Halle / AFP)

Le président français Emmanuel Macron a condamné « fermement » jeudi l’attentat contre une synagogue à Halle, déplorant une « attaque antisémite ».

« L’attaque antisémite de Halle est un choc. Nous la condamnons fermement », a écrit le chef de l’Etat sur Twitter.

« J’exprime mon entier soutien à la communauté juive en ce jour de Kippour, ma solidarité avec l’Allemagne, mes pensées aux familles des victimes et à leurs proches », a-t-il ajouté.

Les Etats-unis, dont 10 ressortissants se trouvaient dans la synagogue, ont aussi condamné l’attaque, de même que le Parlement européen, qui a observé une minute de silence.

Des dizaines de personnes se sont réunies mercredi soir pour une veillée silencieuse devant la principale synagogue de Berlin pour montrer leur solidarité avec les victimes de l’attentat antisémite de Halle, qui a créé un choc dans la communauté.

La chancelière Angela Merkel est venue sur place apporter son soutien à la rabbine responsable de la Nouvelle synagogue de Berlin, Gesa Ederberg, en cette journée de Yom Kippour, la plus grande fête religieuse juive.

« Malheureusement, aujourd’hui, en votre jour saint, nous avons été témoins de quelque chose d’horrible : deux personnes ont perdu la vie, il y a eu une attaque contre les Juifs et les Juives en Allemagne », a-t-elle déclaré.

« Mon objectif, et celui des responsables politiques, est de tout faire pour que vous puissiez vivre en sécurité. Et cette journée nous montre que ce n’est pas assez, que nous devons faire encore plus », a-t-elle ajouté.

Une réponse aux critiques venues de la communauté juive : son responsable en Allemagne, Josef Schuster, a jugé « scandaleux » que la police allemande n’ait prévu aucune protection le jour de Yom Kippour devant la synagogue visée, où un carnage aurait pu être commis si les portes n’avaient pas résisté.

Le Congrès juif mondial s’est lui aussi indigné en réclamant des actes.

« Nous avons peur. J’ai reçu hier déjà de nombreux messages de personnes qui m’ont dit qu’elles ne viendraient pas parce qu’elles avaient peur. Cela doit changer ! », a expliqué Mme Ederberg.

Dénonçant un « relent d’antisémitisme en Allemagne », elle a imploré la « société civile de s’opposer à toute personne qui utiliserait le terme ‘Juif’ comme une insulte » et à combattre « les forces brunes », suscitant un tonnerre d’applaudissements.

Puis, sous une pluie fine et en silence plusieurs bougies ont été déposées au pied de l’édifice.

Quelques drapeaux israéliens étaient également portés avant qu’une immense banderole « Contre tous les antisémitismes » soit déployée sur les grilles de la synagogue.

« Il était important d’être ici pour montrer notre solidarité avec la communauté juive. Une attaque contre les Juifs en Allemagne est une attaque contre nous tous », a déclaré l’initiatrice de l’événement, Sawsan Chebli, élue d’origine palestinienne de la ville de Berlin.

« Ce que nous pensions impossible il y a quelques années encore réapparait. Il est de notre devoir de rester vigilant », a expliqué à l’AFP Verena Schönwälder, une Berlinoise venue avec sa jeune fille.

« Nous sommes solidaires : quand quelqu’un est attaqué, il faut apporter son soutien. Aujourd’hui ce sont des Juifs qui ont été victimes, demain ce seront des Musulmans. Peu importe, restons soudés », a réclamé pour sa part l’imam Kadir Sanci.

Un rassemblement spontané de plusieurs centaines de personnes a également eu lieu dans la soirée sur la place du marché de Halle, où des bougies et des fleurs ont été déposées au sol.

En milieu de journée, deux personnes ont été tuées et deux autres grièvement blessées dans cette ville de Saxe-Anhalt lors d’un attentat à l’arme à feu visant notamment une synagogue.

Au moins deux personnes ont été tuées mercredi à Halle dans une attaque visant une synagogue puis un restaurant turc, et dont l’auteur présumé aurait été interpellé. Deux autres personnes ont été grièvement blessées par balle et admises à l’hôpital pour y être opérées, selon un porte-parole.

Un tireur a tenté de pénétrer dans la synagogue du quartier Paulus, où étaient réunies, en ce jour de fête religieuse juive, « 70 à 80 personnes », a indiqué le président de la communauté juive de Halle, Max Privorotzki, au journal Spiegel. Mais la porte d’entrée a « résisté à l’attaque ».

L’auteur a aussi tiré en pleine rue et sur un restaurant turc, notamment avec une grenade, selon des témoins.

L’auteur présumé, qui s’était enfui à bord d’un véhicule » a été arrêté, a indiqué la police qui avait demandé aux « habitants de rester chez eux » avant de lever l’alerte en fin de journée.

Le ministre de l’Intérieur allemand Horst Seehofer avait immédiatement  parlé d’une « attaque antisémite » probablement perpétrée par un sympathisant de la mouvance « d’extrême droite ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...