Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

Refonte judiciaire: Le chef d’état-major rencontrera les officiers et les pilotes

Herzi Halevi va évoquer la nécessité de prévenir les appels lancés par les militaires à refuser de servir en raison de la réforme judiciaire du gouvernement

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le chef d'état-major Herzl Halevi lors d'une cérémonie au siège de Tsahal à Tel Aviv, le 16 janvier 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Le chef d'état-major Herzl Halevi lors d'une cérémonie au siège de Tsahal à Tel Aviv, le 16 janvier 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le chef d’état-major Herzi Halevi doit rencontrer des pilotes, des officiers et d’autres soldats, cette semaine, inquiet à l’idée que les réservistes qui protestent contre la refonte du système judiciaire par le gouvernement ne se refusent à prendre part aux opérations ou aux exercices, a fait savoir Tsahal dans la journée de lundi.

Dans un communiqué, l’armée a noté que Halevi allait s’entretenir, mardi, avec les pilotes réservistes et avec les commandants de l’armée de l’air et, mercredi, avec les officiers d’un grand nombre d’unités de réserve.

Halevi a averti le Premier ministre que l’entrée des manifestations dans l’armée pouvait nuire aux capacités opérationnelles de cette dernière.

« Le chef d’état-major parlera aux commandants de la nécessité de prévenir les appels au refus de service, à maintenir le bon état de préparation de l’armée, ses compétences et la cohésion dans ses rangs », a indiqué Tsahal.

Le général ne va pas rencontrer les 37 pilotes d’un escadron de 40 membres qui ont annoncé qu’ils ne participeraient pas à l’une de leur session de formation prévue en milieu de semaine en signe de protestation contre la réforme judiciaire, a expliqué une source militaire.

C’est le groupe de plus haut-niveau dans une liste croissante d’unités – avec parmi elles, des unités d’élite – qui ont menacé de ne pas assurer leur service dans un contexte de large opposition au plan de refonte judiciaire du gouvernement qui, selon ses critiques, portera atteinte à la démocratie, à l’économie et à la sécurité israéliennes.

Un F-15 de l’armée de l’air décolle de la base aérienne Hatzerim dans le sud d’Israël, le 22 juin 2022. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

Lundi matin, tous les ex-chefs de l’armée de l’air encore en vie ont écrit une lettre à Netanyahu et au ministre de la Défense Yoav Gallant, exprimant leurs inquiétudes face à l’initiative prise par le gouvernement de limiter le pouvoir du système de la justice israélien.

Vendredi, des dizaines de pilotes se sont entretenus – une réunion sans précédent – avec Tomer Bar, le chef actuel de l’armée de l’air, expliquant leurs inquiétudes majeures concernant leur service dans la réserve.

Selon la Douzième chaîne, les pilotes – ces réservistes qui continuent leur service actif – ont exprimé leur crainte que la conduite du nouveau gouvernement de la ligne dure ne les expose aux poursuites d’instances internationales, telles que la Cour pénale internationale.

Cela fait longtemps qu’Israël dénonce ces enquêtes, soulignant la force et l’indépendance de son propre système judiciaire qui est responsable des investigations lancées sur les actes répréhensibles qui peuvent être commis par les forces israéliennes. Mais les critiques de la refonte judiciaire gouvernementale avertissent que les efforts livrés pour réduire le pouvoir de la Cour suprême ôteront au pays un outil de légitimité dans l’arène internationale.

L’équipe du Times of Israel a contribué à la rédaction de cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.