Israël en guerre - Jour 200

Rechercher
"Il n'y a pas d'éducation sans démocratie"

Réforme judiciaire : des centaines de parents d’élèves et d’élève manifestent

Des centaines de personnes ont participé à des rassemblements dans plusieurs endroits du pays et une route menant à Tel Aviv a été bloquée

Des parents d'élèves d'une école du nord de Tel Aviv participent aux manifestations nationales contre le projet de réforme judiciaire, le 9 février 2023. (Autorisation)
Des parents d'élèves d'une école du nord de Tel Aviv participent aux manifestations nationales contre le projet de réforme judiciaire, le 9 février 2023. (Autorisation)

Des centaines de parents d’élèves et d’élèves ont manifesté jeudi devant des établissements scolaires pour protester contre la réforme radicale du système judiciaire prévue par le gouvernement, qui, selon les critiques, portera gravement atteinte à la démocratie.

« Il n’y a pas d’éducation sans démocratie », clamaient les manifestants devant les écoles et les jardins d’enfants.

Des protestations ont eu lieu à Jérusalem, Tel Aviv, Ramat Gan, Haïfa et Rosh Haayin, entre autres.

Quelque 600 personnes ont participé à une manifestation qui s’est tenue au village de jeunes Hakfar Hayarok et ont bloqué l’autoroute vers Tel Aviv, en brandissant des drapeaux israéliens et en scandant « Démocratie ».

Les organisateurs des rassemblements ont déclaré dans un communiqué que « la démocratie n’est pas un outil politique entre les mains de la droite ou de la gauche. Elle appartient à chacun d’entre nous, en particulier à nos enfants. »

« Nous appelons à maintenir les valeurs d’égalité, de démocratie et de pluralisme, et à s’assurer que les études de citoyenneté incluent également le pluralisme, la pensée critique et la pensée indépendante », poursuit la déclaration.

Une mère, identifiée uniquement par son prénom Yael, qui est venue avec sa fille à la manifestation de Hakfar Hayarok, a déclaré au site Ynet que « nous nous battons pour la démocratie, pour l’éducation de nos enfants et l’avenir du pays ».

« Nous ne laisserons pas des gens louches nous imposer une révolution contre la démocratie et contre l’éducation », a-t-elle poursuivi.

Les critiques affirment qu’avec d’autres projets de loi, les réformes radicales prévues par le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu auront un impact sur le caractère démocratique d’Israël en bouleversant son système d’équilibre des pouvoirs, en accordant presque tout le pouvoir à l’exécutif et en laissant les droits individuels non protégés et les minorités non défendues.

En outre, le contrôle de certains aspects du système éducatif a été confié au député d’extrême droite Avi Maoz, membre de la coalition anti-LGBT, qui supervisera les programmes parascolaires dans les écoles et qui est hostile à certains aspects du contenu existant qui enseigne le pluralisme et la tolérance.

Les manifestants prévoyaient plus tard dans la journée de se déplacer en convoi sur la principale autoroute interurbaine Route 1, et de tenir un rassemblement devant la résidence officielle de Netanyahu à Jérusalem et sa résidence privée à Césarée, a rapporté la chaîne publique Kan.

Des manifestations de masse ont eu lieu chaque semaine contre les mesures prises par le gouvernement, avec en tête les manifestations du week-end à Tel Aviv. Des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue lors de ces manifestations.

Le député Simcha Rothman, du parti d’extrême droite HaTzionout HaDatit, a rejeté l’idée que les manifestants anti-gouvernementaux représentaient une part importante de la population.

« Même cumulés, ils ne représentent pas le nombre d’électeurs du [parti politique de gauche dure] Meretz, qui n’a pas franchi le seuil [d’éligibilité pour entrer à la Knesset] », a-t-il déclaré à Ynet dans une interview jeudi. « Ils ont perdu aux élections et ils sont prêts à brûler le pays. Ils ne sont ni démocrates ni patriotes. »

Le parti Meretz, qui avait intégré la Knesset à chaque élection depuis sa création en 1992, n’a pas réussi à obtenir suffisamment de voix pour passer le seuil lors des récentes élections de novembre.

La coalition victorieuse de Netanyahu est le gouvernement le plus à droite et le plus religieux de l’histoire d’Israël.

Netanyahu a rejeté les critiques, affirmant que les propositions renforceraient la démocratie au lieu de l’affaiblir, et que son gouvernement appliquait la volonté du peuple.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.