Résolution de l’ONU : Israël riposte contre la Nouvelle-Zélande et le Sénégal
Rechercher

Résolution de l’ONU : Israël riposte contre la Nouvelle-Zélande et le Sénégal

Netanyahu a rappelé ses ambassadeurs, a annulé la visite du chef de la diplomatie sénégalaise et des programmes d'aide destinés au pays africain

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a répondu dans une vidéo aux  accusations de l'ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon, le 16 juin 2016. (Capture d'écran: YouTube)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a répondu dans une vidéo aux accusations de l'ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon, le 16 juin 2016. (Capture d'écran: YouTube)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a ordonné samedi « une série de mesures diplomatiques » contre la Nouvelle-Zélande et le Sénégal qui ont obtenu l’adoption d’une résolution contre les implantations, vendredi à l’ONU.

La résolution, initialement proposée par l’Egypte et qui devait être votée jeudi, avait finalement été présentée au vote vendredi à l’initiative de la Nouvelle-Zélande, du Sénégal, de la Malaisie et du Venezuela, après une volte-face du Caire.

Israël n’entretient pas de relations diplomatiques avec la Malaisie et le Venezuela.

Netanyahu a annoncé quelques heures seulement après le vote de la résolution, le rappel « immédiat » de ses ambassadeurs en Nouvelle-Zélande et au Sénégal « pour consultations », dans un communiqué de ses services.

Il a également décidé d’annuler la visite du ministre sénégalais des Affaires étrangères, prévue en janvier, ordonné l’annulation de tous les programmes d’aide au Sénégal, et l’annulation des visites en Israël des ambassadeurs non résidents du Sénégal et de Nouvelle-Zélande.

Israël avait annoncé peu après l’annonce du vote de la résolution qu’il ne s’y conformerait pas.

Le texte exhorte Israël à « cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est ».

Il a été adopté vendredi par le Conseil de sécurité de l’ONU après la décision des Etats-Unis de ne pas utiliser leur droit de veto.

Renversant leur position habituelle sur ce dossier, les Etats-Unis se sont abstenus, tandis que les 14 autres membres du Conseil de sécurité se sont prononcés en faveur du texte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...