Rétrospective du réalisateur Moshe Mizrahi dans les cinémathèques israéliennes
Rechercher

Rétrospective du réalisateur Moshe Mizrahi dans les cinémathèques israéliennes

A l’approche de l’anniversaire de sa mort, les cinémathèques de Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Herzliya et Sderot organiseront du 25 juin au 28 août une rétrospective de ses films

Moshe Mizrahi (Capture d'écran/YouTube)
Moshe Mizrahi (Capture d'écran/YouTube)

Moshe Mizrahi était le seul réalisateur israélien à avoir remporté un Oscar. Il s’est éteint le 3 août 2018 à Tel Aviv à l’âge de 86 ans.

A l’approche de l’anniversaire de sa mort et afin de lui rendre hommage, les cinémathèques de Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Herzliya et Sderot organiseront du 25 juin au 28 août une rétrospective de ses films – dont certains dans une version restaurée, avec l’aide de TF1 Studio, en coopération avec les Archives Israéliennes du Cinéma.

L’évènement commencera par la diffusion du film « La Maison de la rue Chelouche » (1973), ce 25 juin à 18h30 à la cinémathèque de Jérusalem. L’intégralité du programme est disponible sur le site de l’Institut français d’Israël, qui soutient la rétrospective. Les réservations sont disponibles à la même page.

Né en Egypte en 1931, Mizrahi s’était installé avec sa famille en Israël en 1946 avant de partir pour la France à la fin des années 1950 pour y poursuivre sa carrière cinématographique.

Après avoir réalisé un certain nombre de films en France, Mizrahi était revenu en Israël dans les années 1970 où il avait tourné « Je t’aime Rosa » – son premier film à avoir été nommé à un Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Simone Signoret interprétant le rôle de Mme Rosa dans le film du même titre de Moshe Mizrahi (1977). (Capture d’écran YouTube)

Deux autres oeuvres cinématographiques de Mizrahi — « La maison de la rue Chelouche » et « Madame Rosa » – devaient également être sélectionnées pour l’Oscar du meilleur film étranger. « Madame Rosa » [le personnage principal de La vie devant soi] l’avait remporté en 1977.

Cette distinction devait faire de lui le seul réalisateur israélien à avoir jamais gagné un Oscar, même si le film avait été présenté par la France.

Mizrahi avait ensuite tourné d’autres films et, en 2001, il a reçu un prix pour l’ensemble de son oeuvre, remis par l’académie du film et de la télévision israélienne.

Le réalisateur a fait tourner de nombreux grands noms du cinéma français, dont Bernadette Lafont, Claude Rich, Simone Signoret, Jean Rochefort, Jacques Dutronc, Pierre Richard, Jacques Villeret, et Bernard Blier.

Mizrahi avait deux enfants et était marié à Michal Bat-Adam, actrice et réalisatrice israélienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...